06/10/2010

Grand débat de la gauche sur l'initiative pour le renvoi des étrangers criminels ou soirée de remise des Oscars ?

A la lecture d'un tract de la gauche appelant entre autres à des manifestations à Lausanne, Fribourg et Genève, j'ai dû me pincer pour y croire; un débat contradictoire est organisé en évitant sciemment d'inviter un contradicteur. C'est sous le titre alléchant de ''débat contradictoire'' que le Mouvement de lutte contre le racisme invite la population à débattre de l'initiative de l'UDC contre le renvoi des étrangers criminels à la Salle des cantons à Lausanne. Ce mouvement, qui n'est autre que le prolongement de la mouvance politique de la gauche vaudoise, propose lors de son débat contradictoire de ne parler que du contre-projet en faisant la part belle aux orateurs coalisés contre l'initiative de l'UDC. C'est beau le débat démocratique à la sauce de la gauche vaudoise !

Ainsi Madame Ménétrey et Messieurs Darbellay, Dolivo et Leuba, tous opposés à l'initiative de l'UDC pour le renvoi des criminels étrangers, auront vraiment à cœur de mener ce débat en l'absence de représentants de l'initiative sur le renvoi des criminels étrangers. Que vont donc bien pouvoir se chuchoter à l'oreille ces brillants orateurs dans un débat où le cœur du problème n'est pas abordé ? Cette soirée prétexte sera probablement l'occasion pour la gauche de remettre l'Oscar du meilleur mécène à Monsieur Philippe Leuba, conseiller d'Etat, pour son rôle dans le financement du clip vidéo du groupe de Rap MXX qui appelle à la violence contre l'UDC et ses membres.  Les dignitaires de gauche pourront également remercier chaleureusement l'équipe de Monsieur Christophe Darbellay en lui attribuant l'Oscar du meilleur réalisateur dans le film de la remise des clefs du Département de la justice à Mme Sommaruga. Alors qu'un Oscar pour l'ensemble de sa carrière sera remis à Mme Ménétrey, il reste l'attribution de l'Oscar du meilleur acteur du débat anti-UDC, à Me Michel Dolivo, pour son rôle d'avocat de la défense des criminels étrangers dont l'UDC demande le renvoi par son initiative.

La morale de cette histoire est qu'il manque un nominé pour ce débat contradictoire, c'est Oskar Freysinger ! Oui, mais je me souviens lors d'un récent débat sur les minarets, devant les troupes de Me Dolivo et un parterre de gauchistes, que la salle avait réservé un tonnerre d'applaudissements à notre Oskar. Ce soir-là, l'avocat-député Me Dovilo n'avait pas la mine d'un nominé.

C'est bien connu, le chat échaudé craint même l'eau froide. En évitant d'inviter un représentant des défenseurs de l'initiative sur le renvoi, les organisateurs de gauche ne souhaitent pas que quelques moutons égarés rejoignent l'UDC dans leur volonté de renvoyer les étrangers criminels. Reste toutefois le secret de l'isoloir, sur ce coup-là la gauche ne pourra pas placer un observateur derrière chacun de ses membres et sympathisants.

 

Les commentaires sont fermés.