25/01/2012

Pour une majorité de droite au Conseil d'Etat le 11 mars prochain

Suite à la conférence de presse du PLR et de l'UDC du 17 janvier 2011, la campagne en vue de l'élection du Gouvernement vaudois est désormais lancée. Je me permets de vous donner en quelques mots ma motivation pour retrouver une majorité de droite au sein de notre Conseil d'Etat.

Très attaché au respect de nos institutions et aux valeurs fondamentales qui me viennent sans aucun doute de mes origines paysannes, j'ai toujours été animé par l'envie de m'engager pour la collectivité. Depuis ma jeunesse, j'y ai consacré une grande partie de ma vie, de mes loisirs en particulier. Dans le canton de Berne tout d'abord, comme député durant 12 ans et municipal pendant 14 ans. Dans le canton de Vaud dès le début des années 2000, à Lausanne en particulier, où je préside le Conseil communal, mais également, depuis quelques mois, au sein du Grand Conseil vaudois.

Technicien en gestion d'entreprise après avoir suivi les cours à l'Ecole d'ingénieurs de Bienne, mais également titulaire d'une maîtrise en gestion d'affaires, me voilà particulièrement concerné et intéressé par le secteur économique. Forcément, et ce n'est pas un scoop, je m'intéresse aussi aux problèmes sécuritaires, à ceux de la qualité de vie et de la politique migratoire. A cela s'ajoute mon intérêt marqué pour l'encouragement à la formation, autant celle de l'apprentissage que de la formation continue. J'ai d'ailleurs suivi les deux voies avec succès.

Rejoindre le ticket hors pair et qui a largement fait ses preuves de nos trois Conseillers d'Etats Libéraux-radicaux sortants, pour reprendre la majorité de droite, récemment perdue au sein du Gouvernement de notre canton, est le défi aussi passionnant qu'important que je me réjouis de relever. La campagne électorale au cœur de la politique vaudoise sera longue et ardue. Je me rends également compte que mes deux fonctions de secrétaire général de l'UDC Vaud et de coordinateur romand de l'UDC Suisse, qui m'ont souvent offert une visibilité très remarquée, ont aujourd'hui pour principal corollaire le fait que je suis généralement aimé des uns et nettement moins des autres. Mais c'est le jeu politique et je l'accepte...

Aujourd'hui, c'est avec fierté, à la lecture de l'excellent bilan 2007-2011 de la majorité de droite du Conseil d'Etat, auquel feu Jean-Claude Mermoud et l'UDC ont contribué, que nous avons dressé un programme politique ambitieux PLR et UDC pour la législature 2012 - 2017, mais qui ne pourra se concrétiser que si nous gardons une majorité de centre-droite.

Ancré dans une vision de société libérale, ce programme permet de pérenniser le dynamisme du canton par de nouveaux projets réalistes répondant aux attentes des citoyennes et des citoyens. Nous nous engageons, comme nous l'avons prouvé concrètement ces cinq dernières années, pour améliorer la qualité de vie des familles et de la classe moyenne. La consolidation de la prospérité économique et le renforcement de notre tissu de PME locales restent également, comme à ce jour, au cœur de nos priorités.

Cette démarche doit cependant tenir compte de la nécessité de garder la maîtrise des dépenses de l'Etat et de l'évolution de la dette. Il est important de ne pas tuer la création de richesse pour permettre à l'Etat de continuer à soutenir les plus faibles et à offrir de bonnes prestations répondant aux besoins des Vaudoises et aux Vaudois. La qualité de vie passe aussi par une amélioration de la sécurité de nos concitoyens et de leur patrimoine ; sans sécurité, pas de sérénité, donc pas de prospérité !

A cette fin, il est essentiel de lutter contre la banalisation de la criminalité, contre le trafic de drogue, le développement de la délinquance juvénile, de la violence domestique et la croissance des incivilités.

Un gouvernement vaudois composé d'une majorité d'élus PLR et UDC a conduit depuis huit ans notre canton de succès en succès. Ce travail est prouvé et reconnu partout en Suisse. Aujourd'hui, dans la prolongation d'une même dynamique durable, je me sens parfaitement intégré au sein de l'équipe formée par Jacqueline De Quattro, Pascal Broulis et Philippe Leuba et je vous demande de voter et de faire voter pour notre équipe gagnante !

 

Commentaires

Je n'ai peu de sympathie pour la politique actuelle de l'UDC sur le plan national, et encore moins pour son aile "zurichoise".
Mais ce 11 mars, il s'agit d'une élection cantonale dont le résultat influera directement notre environnement politique régional pendant au moins cinq ans. Or je suis très attaché à ce que la majorité actuelle, tant au Conseil d'Etat qu'au Grand Conseil, soit reconduite. Je voterai donc sans l'ombre d'un doute pour le ticket PLR-UDC, considérant que cette alliance vaudoise est solide et qu'il faut savoir surpasser quelques différences de programmes. La gauche, elle, sait très bien voter compact sans s'appesantir sur les différences idéologiques de leurs candidats. On voit les résultats. La droit vaudoise, y compris le centre-droit (PDC et autres petits parts), peut en prendre de la graine et doit absolument voter groupé en mars 2012.

Écrit par : Daetwyler | 26/01/2012

Je vote PLR, parce que je soutiens l'économie. Votre position opposée aux accords bilatéraux est une catastrophe pour nos entreprises. La direction du PLR a été irresponsable de vous admettre sur le ticket. Un ticket gagnant de droit aurait été plus efficace avec les verts libéraux. C'est d'ailleurs pour eux que je voterai, leur base à réagi et refusé une alliance avec l'UDC qui ferait du tort à la suisse et au canton.

Écrit par : Robert | 26/01/2012

Désolé Monsieur Vioblet, mais votre parti et vous n'êtes absolument plus crédible.

Votre comportement envers le PLR et celui d'un rustre qui se croit tout permis, cependant le PLR ne peut s'en prendre qu'à lui même, à force de fricoter avec des gueux peu instruit et éduqués.

On ne peut pas être un parti libéral, donc pour l'économie de marché et s'accointer avec des nationalistes antis-tous comme vous.

Je n'ai jamais voté UDC et jamais je ne m'y abaisserai, cependant le PLR m'a plusieurs fois séduit, aujourd'hui il n'a plus aucune crédibilité...

Je ne souhaite pas non plus voter à gauche, donc je m'abstiendrai, en espérant que le PLR se distance de vous, de votre parti et de vos non-idées.

Écrit par : Le Citoyen | 03/02/2012

Les commentaires sont fermés.