26/04/2012

Centre de formation des requérants d'asile au Mont-sur-Lausanne : les résidents du nouveau quartier de Montjoie passent de la joie aux larmes !

Ces derniers jours, le plaisir de s'implanter dans un nouveau quartier à Montjoie au Mont-sur-Lausanne s'est transformé pour de très nombreuses familles, propriétaires ou locataires, en une réalité moins réjouissante à l'annonce de l'arrivée d'un centre de formation centralisé destiné aux requérants d'asile pris en charge par le canton de Vaud.

Alors que les nombreux nouveaux habitants du site du Rionzi attendaient avec impatience la venue de petits commerces et l'implantation qu'une garderie, ils se sont réveillés avec la volonté de l'EVAM de regrouper sous leurs portes, la formation des quelque trois cents requérants d'asile de l'ensemble du canton de Vaud.

Aux dires de certains commerçants qui souhaitaient développer leur commerce sur le site précité, il semble que le propriétaire des lieux, la Migros en l'occurrence, n'a pas souhaité donner suite aux promesses faites aux habitants du quartier de privilégier la location des locaux concernés pour garantir le commerce de proximité. Le plus extraordinaire dans cette affaire, c'est l'EVAM qui a semble-t-il négocié un contrat de location pour une durée de quinze ans ! Plutôt que de développer la vie socio-économique du quartier, le bailleur fait un choix commercial sûr qui lui garantit le versement des loyers avec l'argent public. Si cette démarche peut se comprendre de la part du bailleur, le choix d'implantation de l'EVAM est nettement plus discutable !

Il est tout d'abord intéressant de se poser des questions sur les critères objectifs qui postulent en faveur d'un regroupement de la formation des migrants, en passe d'obtenir l'asile, sur un seul site pour notre canton !

Ensuite, il est difficile de comprendre que le canton ne place pas en priorité la qualité de vie de ses concitoyens et il apparaît que nos autorités cantonales n'ont pas tenu compte des projections et la planification du développement de la vie culturelle et socio-économique du nouveau quartier de Montjoie dans son choix d'implanter son centre de formation pour migrants en phase d'obtenir l'asile !

Si l'on ne connait pas encore les mesures qui seront prises pour l'intégration de ce centre de formation et de ses trois cents occupants dans un quartier résidentiel ou éco quartier, nous n'avons pas de réponse sur les mesures envisagées pour acheminer quotidiennement les migrants en formation de leur lieu de résidence sur le site de formation !

En fonction du dimensionnement ou des grandes capacités d'accueil du centre de formation planifié, le canton devra garantir des critères objectifs pour qu'un requérant puisse accéder à une formation en évidant à l'avenir que l'on ouvre largement une telle formation uniquement dans le but de garantir les places de travail des personnes qui seront engagées pour dispenser la formation proposée par ce centre.

Au final reste une question fondamentale : alors que la Confédération n'est pas en mesure d'anticiper et de gérer l'afflux de requérants d'asile et de connaître les besoins réels à moyen terme, soit plus de six mois, comment expliquer la volonté de l'EVAM de signer un contrat d'une durée de 15 ans avec le propriétaire des locaux ?

Le temps où notre pays doit reprendre le contrôle de sa politique migratoire est arrivé !

Commentaires

Heureusement, mais HEUREUSEMENT, que vous vous soyez pris une veste pour le conseil d'état.
Les vaudois sont bien plus sages qu'il n'y parait parfois...

Écrit par : lefredo | 27/04/2012

Lefredo Votre manque de respect et à l'image de vos pensées!
Lorsque l'on fait de telles remarques, l'on signe de son nom, afin de donner la juste valeur à celles-ci ainsi qu'à son image.

Mr Voiblet a entièrement raison de remettre en question l'EVAM, D'une part implanter cet établissement en quartier urbain et à la porte de Lausanne, et de plus signer un contrat de 15 ans avec le propriétaire, en l'occurrence la Migros qui va s'en mettre plein les poches sur le dos de l'Etat!
Comme la Confédération est incapable de gérer l'afflux de faux requérants d'asile pour la plupart. Donc elle ne connait pas les besoins à moyen terme, soit entre 6 mois et un an...
Vivement que la loi que le peuple souverain a votée, soit mise en application!!!

Écrit par : Jean-François Chappuis | 29/04/2012

Je ne suis personne de public ou de politique. Mon nom de vous dira donc rien et n'apportera rien au lecteur.

Je ne manque pas de respect, je dis ce que je pense. Quand une personne n'a rien d'autre dans son programme que des interventions sur la sécurité et les étrangers, elle n'a rien à faire à un conseil d'état.

Ne connaissant pas M. Voiblet, je ne juge que sur ses écrits et ses interventions politiques.

Et c'est bien suffisant pour dire ce que j'ai dis.

Écrit par : lefredo | 30/04/2012

Les commentaires sont fermés.