09/05/2012

Le peuple doit pouvoir s'exprimer sur les questions de politique étrangère

Le 17 juin 2012, les électrices et les électeurs de notre pays auront l'occasion de renforcer leur participation dans les choix politiques qui ont pour objet les questions importantes de politique étrangère. Vingt ans déjà, le 6 décembre prochain, que le peuple suisse dans sa grande sagesse, refusait d'entrer dans l'Espace économique européen.

A en croire les principaux acteurs politiques de l'époque, favorables à un asservissement de notre pays à cette grande Europe, ne pas entrer de plein pied dans la construction européenne devait nous conduire à un désastre socio-économique. Lors de la campagne de votations de 1992, l'EEE était décrit par certains comme le sauveur de l'avenir de la Suisse économique, ruinée qu'elle serait si elle avait l'outrecuidance de refuser de basculer rapidement dans ce « fantastique » espace.

Nous connaissons désormais la suite de l'histoire. Fort heureusement, ce qui est hélas vrai pour la Grèce, l'Espagne et d'autres pays, pourtant membres à part entière de ce grand conglomérat, ne s'est pas produit pour nous autres Suisses. Notre pays neutre et indépendant se porte bien, merci... à nous !

Merci à celles et ceux qui voici vingt ans ont eu la force, la lucidité et le courage de résister au très fort courant dominant en faisant confiance à la valeur des institutions socio-économiques de notre pays. Le 17 juin prochain, l'initiative populaire "Traités d'Etat - la parole au peuple!" qui poursuit l'objectif clair de renforcer notablement le droit de participation du peuple et des cantons dans les questions de politique étrangère sera soumise au souverain.

Au moment où le Conseil fédéral et le Parlement tentent de plus en plus souvent de conclure d'importantes conventions internationales sans demander l'avis du peuple, ce texte est d'une grande importance pour donner plus de légitimité à notre politique étrangère. En acceptant cette initiative, les citoyens s'offrent de nouveaux droits de décision, en protégeant directement la souveraineté de nos cantons et en renforçant notre identité !

Pourquoi une participation plus large du peuple serait-elle nuisible à la politique étrangère ?

Tout comme en 1992, de très nombreux acteurs politiques, appuyés par des médias consentants, éblouis par les étoiles du drapeau européen, critiquent cette initiative qui vise pourtant à renforcer directement les droits des électeurs lors de la signature par notre pays, d'accords internationaux. Une nouvelle fois le Conseil fédéral et les Chambres fédérales ne font pas confiance au Peuple, car à leurs yeux ce dernier pourrait se tromper !

Faut-il dès lors faire davantage confiance à nos élus et à leur besoin constant de reconnaissance en vue de futures élections plutôt qu'au Peuple ?

La réponse ne supporte aucune contestation et dans pareille situation, nous devons faire confiance au peuple souverain !

Finalement, que peut bien demander de particulier cette initiative pour déclencher un tel refus de la part de l'Establishment politico-médiatique ? Aujourd'hui, le peuple est très souvent exclu des décisions en matière de politique étrangère entre la Suisse et l'Union européenne, alors même que ces décisions ont un impact direct sur la vie quotidienne des habitants de notre pays.

Dans cet esprit, l'initiative demande que l'exercice du pouvoir politique passe du Conseil fédéral, trop souvent simple exécutant de lois imaginées par certains fonctionnaires européens, vers le bulletin de l'électeur-citoyen et seul souverain !

Une telle exigence est réaliste et nécessaire. Elle demande que les traités internationaux qui entraînent une unification multilatérale du droit dans les domaines importants et obligent la Suisse à reprendre de futures dispositions fixant des règles de droit dans des domaines importants ou qui entraînent de nouvelles dépenses récurrentes de plus de 100 millions de francs, soient soumises au vote du peuple et des cantons.

L'acceptation de cette initiative est d'autant plus nécessaire que nos élus au sein des plus hautes institutions du pays, sont de plus en plus souvent soumis aux attaques juridico-économiques des pays européens et des Etats-Unis. Une telle disposition constitutionnelle, invitant le peuple à donner, en dernier recours, son avis sur les décisions importantes de la politique étrangère de notre pays, est un véritable garde-fou contre l'érosion et finalement la perte de notre souveraineté.

Nous devons admettre que ces derniers mois, les exemples où la Suisse s'est inclinée devant les pressions étrangères se sont multipliés. Acculés par la force de l'économie et l'énorme pression politique de certains pays, nos représentants paraissent trop souvent se résigner rapidement en acceptant des accords qui ne sont pas à l'avantage de la Suisse !

Force est d'admettre que le peuple résistera plus facilement au chantage car il est beaucoup plus simple de mettre sous pression les élus politiques de notre pays que la population suisse dans son ensemble.

Encore aujourd'hui, l'adhésion rampante à l'UE est un danger permanent

Dans le contexte actuel, les personnes les plus engagées contre cette initiative font aussi partie du gotha des acteurs politiques qui souhaitent vivre le grand jour de l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne. Il paraît simple de comprendre qu'une personne qui pousse la Suisse dans les bras de l'Union européenne ne peut pas être favorable à une extension de la démocratie directe. Toute personne qui ne voit aucun problème à l'assujettissement de la Suisse aux normes de Bruxelles ne peut effectivement pas accepter que les Suisses puissent se prononcer sur les décisions que souhaite nous imposer cette institution politique étrangère.

L'acceptation de cette initiative le 17 juin prochain renforcera le droit de participation du peuple suisse en politique étrangère. Ainsi le souverain quittera son rôle actuel de spectateur impuissant pour devenir un acteur incontournable de la politique extérieure de la Suisse.

 

 

 

Commentaires

Vous savez très bien que la Suisse ne sera jamais dans l'UE sans une votations préalable. De plus il n'est pas prévu avant longtemps ce genre de votations.
Les bilatérales ont été votées et acceptées. Que cherche l'UDC si ce n'est de faire parler d'elle pour essayer de remonter la pente.

Le peuple a t'il la capacité de voter en toute intelligence sur des sujet précis, complexe ? Je vais choquer, mais c'est Non.
A partir du moment où on vote via le prisme d'une sensibilité de gauche ou droite parce qu'un parti donne des consignes, on est pas en état de voter. Celui qui regarde dans son ensemble les point positif et négatif, en comprenant la portée de son choix, avec une capacité d'analyse, a l'esprit pour voter.

L'Etat est au service du peuple, ce n'est pas pour autant que le peuple est plus capable ou intelligent.
La secrétaire ne va pas dire à l'ingénieur comment travailler et inversément. Mais les remarques, elles, peuvent être pertinentes

Et l'Histoire a montré que le Peuple n'est pas toujours claivoyant, loin de là. Vous devez le savoir avec les défaites successive de l'UDC !

Écrit par : roket | 10/05/2012

Monsieur Voiblet,

Bien que m'écartant du thème dont vous traitez ici, je me permets néanmoins de profiter de votre blog pour vous demander des nouvelles au sujet de l'initiative pour l'expulsion des criminels étrangers, acceptée par le peuple le 28 novembre 2010.

Au soir de cette votation, la Conseillère fédérale Mme Simonetta Sommaruga avait déclaré "Je respecte la volonté du peuple et vais exécuter le mandat qui m'a été confié".

Une année et demie plus tard on ne voit toujours rien venir. Entre-temps, les dernières statistiques en matière de criminalité ont montré que la Suisse s'éloigne à grands pas du havre de paix qu'elle a pu être, grâce notamment à une législation pénale totalement risible.

Où en sommes-nous de la mise en application de cette initiative ?

Merci par avance de votre réponse.

Écrit par : Belphégor | 12/05/2012

Bonjour,

Je trouves le texte ci dessus très bien écrit!

c est avec un grand oui a cette initiative que je vais voté,non pas pour suivre l UDC mais tout simplement pour ce qui me semble le mieux pour notre pays! Marre de voir des pressions de l UE, le peuple a le droit de pouvoir donner son avis, ceci me parais bien et juste!.

Chaque un aura son avis sur la question, j ai donné le mien . Bonne soirée.

Écrit par : liberté | 13/05/2012

Bonjour,

Il n'y a toujours pas de réponse fédérale pour le renvoi des criminels étrangers. L'UDC a en préparation une initiative d'application du renvoi des criminels étrangers ! C'est un comble, mais notre parti devra probablement une nouvelle fois récolter les signatures pour cette nouvelle initiative. Nous avons des droits démocratiques, encore faut-il que le pouvoir politique accepte les décisions du souverain.

Claude-Alain Voiblet

Écrit par : cavoiblet | 14/05/2012

Avez-vous vu l’argument de Robert Cramer contre l’initiative (voir http://www.horsparti.blogspot.com/2012/05/laffirmation-trompeuse-de-robert-cramer.html)?

@ Roket : Le peuple n’a pas nécessairement toujours raison, mais il a la légitimité. On ne peut pas accepter qu’une classe politique place le peuple devant le fait accompli en utilisant sa marge de manœuvre pour procéder à un rapprochement avec l’UE qui va au-delà de ce que veut le peuple.

Écrit par : Horsparti | 14/05/2012

Bonjour,
Oui je voterai pour cette initiative. Les citoyens doivent maintenir leur droit pour les décisions importantes concernant notre pays et son avenir. L'adhésion à l'UE est toujours un danger et nous devons rester vigilant. Notre pays se porte bien si l'on compare avec d'autres pays membres de l'UE. Les conventions importantes doivent être soumises au Peuple. Gardons à l'esprit la sagesse, la clairvoyance et le courage de ceux qui ont su ne pas montrer dans le train de l'Espace économique européen il y a vingt ans déjà.Faisons confiance au Peuple Suisse!

Écrit par : Dany | 14/05/2012

Si l'on fait des recherches sur le mot humaniste dont aime se targuer certains et regroupant les Verts,on comprend que les Socialistes soient contre cette initiative .Ceux qui pensent les suisses des girouettes se trompent,en 1992 un vote a été fait,il restera inchangé surtout face aux expériences de plus en plus négatives de la part de l'UE qui sonne comme le glas d'un divorce n'ayant plus rien à envier à ceux des années 50.Tout le monde traine le pas en pensant que tout va s'arranger ,hélas les enfants de la Grand route connaissent les lendemains désenchanteurs qui suivent généralement cette façon de penser et d'agir.Heureusement en notre pays il existe encore des anciens du régiment 8 qui eux savaient voir clair et anticiper.Ne nous leurrons ,il existe un problème prioritaire qui risque d'être aggravé par la Grece qui menace d'un rideau de barbelés à ses frontière pour endiguer les réfugiés Turcs.,Réfugiés re-dirigés vers l'Allemagne et qui il y a de fortes chances risquent bien d'aboutir chez nous,c'est par là qu'il faut commencer,le problème des requérants existe depuis 1920 et risque d'être de plus en plus lancinant.
Si pour une fois nos autorités pouvaient s'occuper de leurs petits choux en la demeure avant de vouloir briller à l'extérieur ,les Suisses eux se sentent de plus en plus abandonnés et on ne peut leur donner tort.Nos autorités ressemblent de plus en plus à ces gourvernants Africains souvent et à juste titre critiqués de vouloir briller de leurs mille aparats à l'extérieur de leur pays mais en oubliant leurs citoyens,on voit le résultat avec l'emprise des mafias Maoistes ou Trotkistes qui sont aussi légion sur Internet.
Qui va à la chasse perd sa place et il ne faudrait pas que demain nos petits enfants deviennent les esclaves à bon marché d'une classe sociale qui ignore même le sens du mot ,travail.
Il semble qu'en Suisse il n'y ait plus que le mot culture et sport qui soient essentiels mais tout le monde n'aime pas le sport ,quand à être cultivé c'est aussi une affaire de choix personnel,tout le monde n'est pas doué non plus et tout le monde ne sent pas concerné soit par un Gauguin ou un Renoir.On dirait vraiment qu'en Suisse on cherche à cloner l'individu en le casant dans une voire deux disciplines,et qui travaillera pour les nourrir? encore une fantasme décidément nos politiciens sont des rêveurs de l'impossible mais le peuple n'est pas obligé de les suivre ,heureusement
navrée pour la longueur du commentaire!

Écrit par : lovsmeralda | 16/05/2012

L'hymne de la gloire de la purteté

mes yeux sont repus de glorieus sacrifice aux autre, on c'est lavé dans le sang des étraner et dans celi des profiteur du systéme francais, Le tortionnisme sera démonté etranger aprés étranger.
La race pure vas de l'avant !
nous somme pas raciste en vers les couleur mais en vers les profiteur est la délinquance.
La france restera bleu banc rouge mais jamais d'une autre couleur.

Écrit par : tatou | 18/05/2012

Les commentaires sont fermés.