22/11/2012

Médias – l’impact des titres, le poids mots et la force des photos !

Chers électeurs, membres et sympathisants de l’UDC,

Si vous avez conservé les 30 derniers numéros de 24 Heures, je vous propose un petit concours avec à la clé une entrée aux Bains de Lavey. Si plusieurs personnes apportent les réponses correctes, je procèderai à un tirage au sort.

Et si vous ne possédez plus les trente derniers numéros, je suis persuadé qu’Edipresse les mettra volontiers à votre disposition.

Question 1 :

Prenez une feuille de papier, tracez trois colonnes, soit une pour le PS, une pour le PLR et une pour l’UDC. Maintenant consultez les 30 derniers numéros de 24 Heures. Tracer dans la colonne correspondante une coche chaque fois que vous pouvez attribuer la rubrique Réflexion à un représentant d’un parti politique que vous connaissez.

Si votre feuille n’est pas assez grande, inutile de laisser une place pour la colonne de l’UDC, vous ne l’utiliserez probablement pas !

Question 2 :

Maintenant, prenez la peine de consulter les articles politiques avec un œil critique. Utilisez une nouvelle feuille de papier et dessinez trois colonnes, l’une pour l’ensemble des partis politiques excepté l’UDC, l’autre pour l’UDC avec photo de ses représentants et la troisième pour des articles qui concernent l’UDC avec la photo d’un représentant d’un autre parti politique ! Consultez les 30 numéros de 24 Heures et chaque fois que vous tombez sur un article politique accompagné d’une photo, vous marquez une coche dans la case correspondante !

Si vous n’avez pas ou peu de coches dans la colonne UDC avec photo, surtout ne vous inquiétez pas.

Question 3 :

Prenez une troisième feuille de papier et dessinez une nouvelle fois deux colonnes. Une colonne pour les articles des partis politiques à l’exception de l’UDC et l’autre destinée à l’UDC. Vous regardez attentivement les titres des articles politiques des 30 derniers numéros et vous faites deux cases dans chaque colonne en inscrivant les titres qui positivent l’article dans une case et ceux qui dévalorisent l’article dans l’autre !

Surtout ne vous inquiétez pas si dans la collone des articles concernant l’UDC, vous n’utilisez pas la case ‘’les titres qui positivent…’’, c’est normal !

Vous pouvez renvoyer avec vos coordonnées vos trois feuilles et vos commentaires à l’adresse email : voiblet@udc.ch

Le gagnant recevra son prix le vendredi 13 janvier 2013, lors de l’accueil des 120 nouveaux membres qui ont rejoint l’UDC Vaud durant l’année 2012. Et n’oubliez pas de renouveler votre abonnement à 24 Heures !

Merci d’avoir participé à mon concours ! Si vous avez encore un peu de temps, prenez encore le temps d’une petite réflexion sur l’influence des médias !

Et pour vous remettre de ce petit traumatisme, lisez ‘’Edition Spécial’’ à télécharger sur http://www.udc.ch/documents/database/Flipbook/97/flipview...

 

12:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10)

16/11/2012

Edition Spécial : Relations médias-UDC, la preuve par l’acte.

Les médias sont libres et c’est bien ainsi ! C’est la démonstration de l’existence d’une saine démocratie dans notre pays. Libres… vraiment ou volontairement (dés-) orientés à gauche ? Nombreux sont en effet les plumitifs qui critiquent vertement l’UDC lorsque ce parti apporte pourtant une contribution objective à l’information des électrices et des électeurs Et là je ne parle même pas du problème de l’objectivité de journalistes, souvent inféodés au même groupe de presse. En un mot comme en cent, la pluralité de la presse n’est plus d’actualité, elle est largement favorable à un seul courant politique, celui de gauche !

Comment expliquer cette situation sans trop noircir les lignes de mon billet en évoquant la menace qui pèse sur la libre expression des opinions ? Les acteurs de l’UDC, de nombreux observateurs et certaines personnes encore éprises d’objectivité, constatent de manière  récurrente que les projets et les idées de l’UDC sont déformés, présentés unilatéralement et teintées d’idéologie gauchisante.

La presse romande préfère déborder d’idées florissantes pour faire tourner ses rotatives en construisant de véritables ‘’story telling’’ sur les petites histoires d’élus UDC zurichois, tels que Mörgeli, Ricky ou Zuppiger, plutôt que de relater l’engagement quotidien de l’UDC contre la criminalité, l’immigration ou le rejet de l’Europe, cette institution qui fait toujours saliver nos politiciens de gauche, comme du centre. A l’inverse, il n’y a aucune trace des frasques du juge socialiste vaudois Bossard qui est en bonne place dans les petits papiers des Maillard, papa Schwab et autres…

Cette complaisance coupable pour ce juge qui oublie de payer ses impôts depuis de nombreuses années devrait nous interpeller. Mais sur ce coup-là, le silence est de mise, les médias ne souhaitant se froisser avec les maîtres du socialisme vaudois !

Nous pourrions encore citer les liens du socialiste Ziegler avec certains dictateurs et en de fonction de l’actualité du jour les identités diffuses de M. Chiffelle, ancien Conseiller d’Etat socialiste.

Ce vendredi 16 novembre 2012, le traitement réservé à la parution de notre journal ‘’Edition Spéciale’’ est la démonstration vivante de mes propos. Les médias romands ignorent superbement cet envoi à tous les ménages de Suisse – près de 4 millions d’exemplaires- se contentant d’évoquer des propos de personnalités politiques de UDC zurichoise, laissant de côté les sujets importants concernant tous les citoyens publiés dans cette ‘’Edition Spéciale’’ en trois langues !

En attendant, je vous invite à lire «Edition Spéciale», le journal qui vous fait découvrir l’engagement de l’UDC pour une Suisse dynamique, forte et indépendante. Et patientez, Le Temps donnera raison à celles et ceux qui osent encore avoir des idées de droite.

http://www.udc.ch/documents/database/Flipbook/97/flipviewerxpress.html

15:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

12/11/2012

Soutien unanime de l’UDC Vaud aux agriculteurs suisses et vaudois

Conscient de l’importance d’une production alimentaire indigène au lieu d'une augmentation des importations, la Direction de l’UDC Vaud a mis sur pied le 10 novembre 2012 une réflexion au sein du parti. L’UDC a pris le temps de s’interroger sur l’avenir des paysans vaudois et de leur famille.

La question principale qui nous est posée est de savoir si nous devons accepter la Politique agricole 2014-2017 présentée par le conseiller fédéral Johann Schneider Ammann. Pour notre parti, il est important de mener une politique qui permettent d’augmenter le revenu agricole en mettant l'accent sur la production alimentaire nationale au lieu de faire des paysans sui

Les chambres fédérales étudient actuellement la nouvelle Politique agricole 2014-2017, le Parlement ainsi que la commission de la Chambre des cantons ont débattu de ce sujet qui sera prochainement traité par le Conseil des Etats. A ce stade, force est de constater que la stratégie présentée par le Conseil fédéral fragilise une fois de plus l'agriculture productrice, donc notre agriculture vaudoise. Une fois de plus l’UDC doit poursuivre avec énergie sa politique pour sauvegarder les bases de production qui permettre aux paysannes et paysans de maintenir, voire même augmenter le degré d'auto-approvisionnement actuel de la Suisse avec des denrées alimentaires saines produites près du marché.

Lors de ce séminaire, l’UDC Vaud a réaffirmer son engagement pour que :

  ·         le revenu agricole s’améliore au lieu d'être constamment affaibli.

 ·         la production de denrées alimentaires redevienne la première des tâches de l'agriculture.

 ·         les autorités suisses compétentes refusent, aujourd’hui comme demain, un accord de libre-échange agricole avec l'UE.

 ·         des mesures efficaces soient enfin être prises pour stopper la chute du prix du lait.

Aujourd’hui, les pressions sur l’agriculture de notre pays sont de plus en plus fortes. L’UDC s’engage sans réserve pour que les paysannes et paysans suisses ne soient pas simplement sacrifiés sur l'autel de l'OMC ou d'un accord de libre-échange avec la Chine. Notre parti doit aussi clairement s’opposer à toutes importations de denrées alimentaires qui sont produites dans des conditions interdites en Suisse.

En conclusion, l’UDC Vaud rejette la conception de la future politique agricole qui est pourtant d'une importance vitale pour la Suisse et pour notre canton. L’image du paysan jardinier du paysage suisse est certes bucolique et fait chaud au coeur, mais elle ne doit pas nous faire oublier l’importance de l’agriculture vivrière.

http://udc-vaud.ch/images/stories/events/resolution_agric...

 

08:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

01/11/2012

La gestion lausannoise des déchets prise en otage par une gauche qui n’a qu’une volonté: satisfaire son électorat !

Ce mardi 30 octobre 2012 fut un grand soir pour le Groupe UDC du Conseil communal de Lausanne. Non pas que le soleil se coucha sur ses aspirations politiques, mais parce que les élus UDC ont représenté une force de proposition crédible sur les thèmes de l’écologie et de la saine gestion des finances publiques lors du débat sur l’introduction du principe du pollueur-payeur. Nos adversaires politiques se sont une nouvelle fois contentés d’apporter des réponses par l’invective en utilisant même l’arme des faibles, en l’occurrence les attaques personnelles.

A ce titre, relevons la parfaite unité qui règne au sein de la Municipalité, puisque M. Olivier Français a servi la soupe à ses collègues municipaux de gauche sur le dos de tous les propriétaires d’immeubles de notre Cité.

 

Dans ce débat lausannois sur l’introduction du principe du pollueur-payeur, notre groupe a présenté une contre-proposition tout à fait pertinente visant à responsabiliser davantage toutes les couches de la société face aux déchets que nous produisons et à l’électricité que nous consommons. La proposition équitable de l’UDC a cependant pour résultante que le fonds de commerce électoral de la gauche lausannoise doit aussi mettre la main au porte-monnaie.

Pour la majorité rouge-verte, non seulement c’est inacceptable, mais cette proposition UDC réaliste représente une attaque frontale contre le clientélisme électoral de gauche qui vise à stigmatiser les riches pour s’attirer les suffrages des classes moyennes ou laborieuses.

Au final, ce débat nous aura appris que dès que vous assumez vos charges sans l’aide de la collectivité, vous entrez aux yeux de la gauche immédiatement dans la catégorie de riches.

Aujourd’hui, ce débat n’est pas encore terminé et si la gauche impose sa politique de gestion des déchets urbains, Lausanne ne tiendra pas compte du principe de causalité voulu par les lois fédérale et cantonale dans l’élimination des déchets urbains.

A noter que les contribuables qui s’acquittent actuellement de l’élimination de leurs déchets par leurs impôts, et qui au passage payent pour ceux qui ne connaissent pas la couleur du bordereau d’impôt, vont devoir encore payer une taxe au sac ainsi qu’une taxe sur le volume de leur appartement pour redistribuer une aide sociale linéaire de 80 francs par habitant, sans pour autant bénéficier d’une réduction du taux d’imposition qui permettait jusqu’à présent de financer la totalité des coûts de la gestion de nos déchets.

 

L’UDC lausannoise ne courbe pas l’échine face à l’idéologie hautaine de cette majorité aveuglée par le pouvoir ! Au contraire, les élus UDC démontrent avec compétence, qu’ils travaillent prioritairement pour le bien de la Ville et de ses habitants.

08:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8)