11/02/2014

Notre démocratie directe a parlé.

Le Peuple et les cantons suisses ont parlé ce dimanche 9 février 2014. Ils ont décidé que la Suisse doit à l’avenir reprendre en mains sa politique migratoire en acceptant une immigration qui corresponde réellement aux besoins de son économie.

Ce choix démocratique du peuple ne fait pas le bonheur de la majorité des partis politiques, des gouvernants de l’économie ainsi que de tout ce que le pays compte comme faiseurs d’opinion en dehors des cercles proches de l’UDC.

Toutefois, suite à ce choix démocratique pris dans le respect de nos institutions, les réactions passionnées des adversaires de cette initiative que doit mettre en œuvre le Conseil fédéral font froid dans le dos. Je laisse de côté les qualificatifs de racisme et de xénophobie décrétés par ces adversaires qui soulignent les bienfaits de notre démocratie directe lorsqu’elle leur est favorable et qui crient au scandale lorsque le peuple choisit d’autres options.

A lire nos médias romands, dont l’impartialité ne saurait être mise en cause, les étrangers ont des soucis à se faire, y compris ceux qui vivent légalement sur notre territoire. Est-ce vraiment la réalité ? Evidemment la réponse est clairement NON.

Au risque de me répéter, le peuple a décidé que notre pays devait à l’avenir gérer de manière autonome son immigration et adapter son flux migratoire aux besoins avérés de l’économie, tout en tenant compte des capacités d’accueil et d’intégration des étrangers venant vivre en Suisse.

Une fois cette nouvelle politique mise en œuvre par le Conseil fédéral selon la volonté du peuple, il sera alors nécessaire de dialoguer avec les acteurs du marché du travail pour fixer les besoins en main d’œuvre étrangère dont ont besoin les segments dudit marché.

Certains crient aussi à la surcharge administrative et au retour à une paperasse inutile. Permettez-moi de mettre clairement en doute cette affirmation. Aujourd’hui toutes nos entreprises et nos PME sont présentes sur le web et elles maitrisent les outils électroniques de gestion et de management à leur disposition. Excusez-moi, mais cela n’a strictement plus rien à voir avec les formulaires papier carbone du siècle passé qui ont trouvé place dans les musées retraçant l’histoire industrielle à succès de notre nation.

Si nous pouvons comprendre l’économie qui préfère bénéficier d’un marché du travail de 500 millions de personnes pour optimiser ses ressources humaines, l'UDC et une majorité de citoyens estiment que le revers de la médaille, soit le dumping salarial, les prix des loyers, les problèmes de la formation dans des classes allophones, les restrictions de la mobilité et la charge de l’étranger dans les comptes de l’AI ou de l’aide sociale, sont des éléments suffisamment importants pour limiter l’immigration actuelle.

Quand à ces politiciens européens qui nous annoncent des mesures de rétorsion et les pires misères pour la Suisse, tout en nous avertissant que si nous n’acceptons pas la libre circulation avec la Croatie de nombreux accords bilatéraux seront dénoncés, nous les invitons à soumettre leurs principales orientations politiques en matière européenne au verdict du peuple.

L’Europe est actuellement en campagne électorale, attendons donc calmement que les élections européennes trouvent leur épilogue et préparons sereinement les négociations à venir !

15:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

TOUS les medias, suisse et étrangers, s'acharnent sur les "pauvres crétins qui n'ont rien compris" et ont voté OUI, en les menaçant de conséquences désastreuses pour la CH, en déformant le but de cette initiative et en prétendant que SEULS les immigrés et les frontaliers ont permis à la CH d'avoir une économie florissante. PERSONNE ne parle ou alorss balaie d'un revers de main méprisant, le dumping salarial scandaleux en cours, (des entreprises municipales et cantonales d'intérêt public, même) qui engagent des DRH français qui virent les employés CH pour donner les emplois, à des français en faisant passer les CH pour des ignares dont la formation ne vient pas à la cheville des immigrés et autres frontaliers. Y en a marre. D. Burkhaler dit que ce n'est pas si grave et pour cause... Je viens d'entendre des députés à Bruxelles et des politiciens suisses dire que la CH trouvera le moyen de DETOURNER cette votation en 1) faisant traîner pendant 3 ans tout changement pour ensuite mettre des quotas très élevés ce qui annulera totalement les effets de cette votation. La CH est douée pour ce genre de détournement des votes des suisses. Une fois de plus les CH et notre pseudo démocratie seront bafouées. L'émission de "c'est dans l'air" sur la 5 est très explicite à cet égard. Que fait l'UDC? On ne l'entend plus, son silence est assourdissant!! Allez-vous baissez les bras et laisser tomber ceux qui ont voté OUI pour cette initiative en laissant le CF DETOURNER NOTRE vote ? N'est es-ce qu'une manœuvre électorale, comme certains prétendent et que vous étiez sûr qu'elle allait échouer et que maintenant vous n'allez rien faire pour la faire respecter ?
Rassurez-nous ! Merci.

Écrit par : Michel CLaude | 11/02/2014

Si tout le monde est surpris, nous aussi. Nous avons battu la campagne, mais franchement partir de 26,1% pour arriver à 50.3% en moins de 3 mois c'est fort de café.
Mais la logique est parfaitement respectée et c'est en cela que le peuple suisse a du bon sens!

N'avons nous pas voté à 62,9% pour l'aménagement du territoire il y a moins d'un an? Donc pour être cohérents les Citoyens de Suisse centrale nous on montré le chemin, comme toujours se sont eux les Etre de bon sens,
c'est oui contre l'immigration de masse. Normal!
Alors inutile de les traités d'abrutis qui n'ont pas de problèmes, ils ont le bons sens qui manque cruellement aux francophones.
Merci à Eux!

Les Tessinois ont payé le prix fort pour être le banc d'essai de ce massacre, alors mieux vaut diminuer la pression avant d'être débordés.
M. Blocher a été clair, si le CF ne respecte pas la votation, l'UDC soutiendra ECOPOP qui est nettement plus restrictive.

M. Voiblet a raison, nous avons jeté un pavé dans la marre européenne et maintenant avec leurs prochaines élections en mai prochain, cela risque de terriblement changer la donne.....restons zen, le dos rond et attendons!
Ce serait quand même le sommet si c'était la Suisse qui donnait un coup de sac à l'UE et l'obligeait à se remettre en question de fond en comble!
L'espoir fait vivre!
Bien à vous.

Écrit par : Corélande | 11/02/2014

Eh bien mes aieüx, Hildebrand vient de pondre un article dans le Financial Times des plus intéressants.
En dehors du fait qu'il dit à l'Europe qu'elle doit se réformer sinon elle va voir fleurir des sondages contre elle, il leur explique qu'en restant dans l'incertitude trop longtemps, ils (UE) vont perdre la confiance des investisseurs et que l'UE actuellement ne peut absolument pas se le permettre!
Ah oui au passage il dit que l'UDC doit avoir 2 représentants au CF car eux ils savent ce qu'ils veulent!
Yes!

Écrit par : Corélande | 12/02/2014

Merci Corelande, on voit la lumière au bout du tunnel; restez vigilant!

Écrit par : 100blagues | 12/02/2014

Ehhh! l'ami canadien! Sympa de vous relire parmi nous! :-))))
Là c'est sûr on tient quelque chose. La bataille a été rude, mais notre survie sur ce continent est certainement à ce prix!

Bon là encore je viens de sortir les chiffres de ce que nous payons grassement à l'UE pour différents gadgets financiers, avec des estimations aléatoire de retour.
Pour des statistiques UE "bidons" on a payé en 6 ans 40.6 millions.
Pour un programme-cadre MEDIA (Est-ce à voir avec la presse?) 59.1 millions
Contribution Schengen/Dublin en 2013 32,2millions (sans compter les trous dans la passoire!!!)
Erasmus pour ceux que cela intéresse 2014-2020 = 185 millions, plutôt que les perdre dans les méandres UE, on pourrait directement les verser à nos hautes écoles et Unis. On paie déjà pour nos 50% d'étudiants sur nos impôts, comme pour les 50% autres venant de l'étranger d'ailleurs.

Et le Top pour la recherche, vous savez l'EPFL et son charismatique directeur qui est content d'avoir un milliard de l'UE. On devrait leur verser pour la période 2014-2020, 4 milliards! Pas mal le retour....hein!

Écrit par : Corélande | 12/02/2014

A Dubai UAE il y a 85% d'étrangers, on n'y paye pas d'impôts et la classe politique dirigeante autant impériale que celle de l'UDC estime que la stabilité du peuple vient de l'immigration bigarrée. Et la plupart de ceux qui arrivent ne veulent plus quitter, joie de vivre incongrue évidemment! Certaines contrées de notre pays préfère le yass entre vieux copains et les montagnes vierges. Et pourquoi pas? Ceux de Dubai reviendront faire de la peau de phoque, en six heures de vol confortable, évidemment. Et laisseront quelques bonnes main à gauche et à droite, petits bonheurs.

Écrit par : nounours | 13/02/2014

L'Islande aussi! Elle enterre sa demande d'adhésion à l'UE sans passer par le référendum. Le non est tellement majoritaire qu'ils ne veulent pas en remettre une couche aux technocrates de bruxelles qui ont le moral dans les chaussettes et qu'ils appréhendent les élections européennes comme un tsunami!

Écrit par : Corélande | 22/02/2014

Les commentaires sont fermés.