24/07/2014

Vote du 9 février - Commençons par respecter notre démocratie !

Depuis le 9 février dernier, l’UDC constate qu’il ne se passe plus un jour sans que les médias s’époumonent, ouvrant largement leurs lignes à toute une série de critiques, réclamant un nouveau vote sur le maintien de la libre circulation des personnes, quitte à ne pas donner suite au vote du peuple suisse en faveur d’un contrôle migratoire plus strict.

A ce jeu-là, ce que déclame tout politicien européen ou suisse qui revendique son hostilité au succès de notre pays, devient parole d’évangile dans la majorité de nos médias.

Revenons dans notre pays et là aussi le contraste est parfois hallucinant. Ainsi sur les ondes de la Radio Suisse Romande, Nicolas Hayek insistait pour relever que notre pays doit montrer sa fierté, avoir confiance en lui et ne sans céder aux pressions extérieures. Il relevait que la Suisse fait beaucoup d’efforts pour les autres pays européens, mentionnant notamment nos financements successifs au Gothard pour améliorer le trafic au sein de l’Union européenne. Quelques heures après la diffusion de ces paroles pleines de sens, Patrick Aebicher, président de l’EPFL, réclamait à hauts cris sur les ondes de ce même média, un vote dans les trois ans sur notre allégeance à la libre circulation des personnes !

S’exprimant dans la presse le 23 juillet, le secrétaire d’Etat Yves Rossier qui en charge des négociations avec l’Union européenne conclut une longue interview en mentionnant que : « Si on ne trouvait pas de solution pour l’immigration, cela pourrait mettre une fin à toutes les collaborations existantes avec l’UE. Il faudrait alors se demander si ce ne serait pas une bonne idée de consulter le peuple ». A lire de tels propos, notre parti constate que le peuple suisse doit s’attendre à ce que sa diplomatie cède immédiatement à toutes les pressions européennes en poursuivant, avant toute vraie négociation, l’objectif de faire revoter le souverain sur sa relation avec l’UE !

Notre parti tient à rappeler que le mandat du secrétaire d’Etat est en priorité de défendre les intérêts de la Suisse en recherchant la meilleure solution dans le respect des décisions institutionnelles. Il ne lui appartient pas d’alimenter le débat sur notre politique intérieure.

A ce stade, la Suisse et ses négociateurs en particulier, devraient se rappeler que l’accord sur la libre circulation des personnes prévoit une clause de révision permettant notamment de tenir compte d’importants changements dans les flux migratoires en Suisse et au sein de l’Union européenne.  

L’UDC tient à rappeler que le 9 février dernier le peuple suisse a pris la décision de durcir la politique migratoire pour répondre à l’évolution démographique de ces dix dernières années, apportant ainsi une réponse claire. Aujourd’hui il appartient en priorité à notre gouvernement et son administration de mettre en œuvre ce choix indiscutable du peuple suisse.

 

Commentaires

Vos explications ne sont pas plus convaincantes que celles de votre parti l'étaient avant l'acceptation de l'initiative le 9 février dernier.

Écrit par : ML | 24/07/2014

450 millions d'européens, et en Suisse, grâce à l'argent du milliardaire de la Goldküste, les suisses-allemands ont approuvés cette stupidité.

Les suisses-romands l'ont refusée, mais voilà ils sont moins nombreux alors leur avis ne compte pas...

La différence est risible 19,300 voix et aujurd'hui la petite et arrogante suisse, tel un hamster agressif, monte sur ses pattes de derrières et exigent des 450 millions d'européens et des suisses-romands qu'ils s'agenouillent devant ces représentants de la race supérieure, ces vrais suisses, ceux-là même, crânes rasés UDC obligent, qui font des saluts nazis sur la prairie du Grütli !

Vous vous êtes tirés vous-même une balle dans le pied et comme tous les lâches vous espérez maintenant que les autres (PS_PLR_PDC_Les Verts) réparent vos conneries... Vous pendant ce temps, vous préférez soigner vos dépressions et burn-out à répétition…

Ce n'est malheureusement qu'un début ; la petite suisse ne faisant pas partie de l'UE, et ne voulant pas respecter les accords signés avec les 28 membres de cette union, n’a plus aucun crédit, déjà que les USA nous tape sur la tête...

Si l'on souhaite devenir une Corée du Nord version européenne, continuons à suivre les larbins UDC.

Écrit par : Markus Wolf | 25/07/2014

Ce qui dérange beaucoup, c'est l'attitude amicale de la lettre personnalisée, écrite par Catherine Ashton, en son nom, à Didier Burkhalter.

Que l'on aime ou pas Blocher, il avait raison sur ce point, l'adhésion, à terme, que l'on nous cache et qui est préparée depuis un certain temps, déjà.

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/6025578-l-europe-ne-veut-pas-renegocier-l-accord-sur-la-libre-circulation-avec-la-suisse.html

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 25/07/2014

A Markus Wolf : tout à fait d'accord avec vous, l'UDC ne voit qu'elle-même, arrogante et fière, sans envisager un seul instant qu'elle n'est pas seule au monde !

Écrit par : ML | 25/07/2014

«…qui font des saluts nazis sur la prairie du Grütli !»

C'est vrai que les 3 Suisses à l'époque, les bras en l'air… c'était déjà le salut nazi "inversé" à la verticale… avec trois doigts - d'honneur - dans le cul.

Bandes de crétins, va !

Et si les Suisse-allemands vous font ch., faites sécession ! Vous ne les aimez pas, ils ne vous aiment pas non plus… oké ! Bratwurst macht Freizeit !

Écrit par : petard | 25/07/2014

C'est vrai que s'il n'y avait pas les suisses allemands, les crétins de romandie nous auraient déjà vendus depuis longtemps à l'Empire français où les Allemands sont les cochons payants...
Rêver de se prosterner devant Hollande 1er, faut vraiment être tombé bien bas.
Mais cela existe, voir les commentaires de markus wolf et ML...

Écrit par : Géo | 25/07/2014

Une bonne minorité romande est pro-suisse-allemande, alors c'est le bon moment de rejoindre : www.non-ue.ch Il faut grossir les rangs et tous partis confondus. C'est la survie de la Suisse au sein de cette UE complètement déjantée qui est en jeu!

A votre bon courage Messieurs Dames, il faut maintenant démontrer à nos Anciens que nous sommes de la même trempe!

Écrit par : Corélande | 25/07/2014

Il me semble que ladite minorité romande pro suisse allemande, sont des confédérés, autrement dits, des migrants des cantons suisses.

Cette minorité-là, est bien plus grande que ce que l'on peut s'imaginer.
Ce que l'on ne nous dit pas, ce sont les conséquences directes de l'adhésion à l'Empire.

A la va-vite, perte de la neutralité, de l'indépendance, un bipartisme à venir, fin de la concordance, augmentation des impôts pour financer les eurodéputés, hausse de la TVA pour être au même niveau que les autres pays de l'Empire.

A terme, il se peut même que l'on adhère aussi à l'OTAN.

Certains nous disent qu'il faudrait accepter d'entrer, pour tester et sortir ensuite, si d'aventure, nous nous y plairions pas.

Que nenni !
Quel est le pays qui en est sorti ?
Aucun ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 25/07/2014

Si la Suisse et l'U.E., était comme dans la vraie vie, des adultes responsables et consentants, je vois là, un viol en bonne et due forme.

Imposer la libre circulation, entre partenaires, est-ce normal ?

Que les militantes féministes s'interroge ne serait-ce qu'un instant ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 25/07/2014

A lire pour ne plus avoir peur d'être un vrai pays démocratique qui sait faire la leçon à l'UE!
Home

" Lettre ouverte à la Commission de l’Union Européenne


Lettre ouverte de Professeur Jean-Daniel Clavel, Dr. sc. techn, ing. dipl. & lic ès sc. économiques, à la Commission de l’Union Européenne.

L’immigration étrangère de masse

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Commissaires,

Le peuple suisse a décidé, le 9 février 2014, de limiter l’immigration étrangère de masse. Plusieurs raisons expliquent cette décision.

D’abord, le taux de population étrangère en Suisse est aujourd’hui beaucoup plus élevé que dans la plupart des pays européens : ce taux avoisine les 23-24%, alors qu’il est largement inférieur à 12% dans la grande majorité des pays de l’UE (*1). Favoriser une immigration étrangère de masse pour aboutir à un taux de 30-40% constituerait une menace directe pour l’identité et l’indépendance nationales. A témoin l’annexion de la Crimée par la Russie.

Ensuite, l’importante immigration étrangère de ces dernières années a provoqué une hausse très substantielle de la demande de logements, toutes catégories confondues : l’arrivée de riches étrangers tire les loyers vers le haut, celle d’étrangers moins fortunés et de réfugiés met le marché immobilier milieu et bas de gamme sous pression et fait augmenter les charges sociales de l’Etat et les impôts des contribuables. Par ailleurs, le taux d’urbanisation de la Suisse est déjà élevé : une partie importante du territoire est inconstructible et la surface vouée à l’agriculture ne peut pas être indéfiniment réduite. Une nouvelle initiative a du reste été lancée récemment à ce sujet.

En outre, les graves erreurs de politique économique commises par certains gouvernements européens depuis la fin des années 70 environ sont à l’origine de leurs performances économiques lamentables, lesquelles ont induit l’émigration massive de ces dernières années. Manifestement, les recommandations de l’OCDE n’ont pas été suivies, et ce n’est pas à la population suisse de payer pour les erreurs de ces gouvernements (*2).

Par ailleurs, la politique économique et commerciale de l’UE à l’égard du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest en particulier est directement responsable de l’augmentation de l’immigration de masse vers le continent européen. L’accord EURO-MED de 1995 (Conférence de Barcelone, 28-29 novembre 1995) ne créa pas des conditions de développement équitables des deux côtés de la Méditerranée, et handicape depuis bientôt 20 ans aussi bien l’industrie que l’agriculture maghrébine et africaine. Lors d’un séminaire que j’ai donné en décembre 1995 à Rabat, en mission pour le compte du Gouvernement français, les participants marocains me l’ont clairement fait comprendre: « Si la France n’accepte pas nos tomates, c’est nous qu’elle devra accepter ». Et l’OCDE (cellule de prospective) a mis plus d’une fois le doigt sur cette question sensible lors de ses débats sur l’origine de l’immigration africaine en Europe. En outre, la politique de certaines banques européennes constitue également un frein au développement socio-économique de ces pays et pousse indiscutablement à l’émigration de masse vers l’Europe et la Suisse : le coût annuel d’une carte de crédit peut être supérieur à un mois de salaire minimum dans certains pays de l’UEMOA ! Une pratique esclavagiste que connaissent parfaitement les gouvernements des pays de l’UE. Les consommateurs européens seraient-il prêts à payer 2'000 euros par an de taxe de base pour leur carte de crédit ? Le citoyen suisse doit-il payer pour cette attitude colonialiste de l’UE face au continent africain ? Non !

Enfin, l’antidémocratisme de l’UE (*3) devient repoussant et constitue une véritable verrue sur le nez du continent européen. Les peuples européens n’ont pratiquement jamais l’occasion de s’exprimer sur les enjeux essentiels qui les concernent directement. En voici deux exemples : d’une part, la Slovaquie a été contrainte de soutenir la Grèce dans ses efforts de réduction de la dette, après que la tenue d’un referendum sur ce sujet ait été refusée par Bruxelles, d’autre part, l’UE a interdit au gouvernement grec d’organiser un referendum sur le programme d’austérité imposé au peuple grec. J’ai l’impression que l’UE ressemble plus à un abattoir qu’à une Union d’Etats démocratiques !

Dans ces conditions, il est évident que la Suisse démocratique constitue un problème pour les politiciens européens : elle gêne le Ministre français Montebourg, elle gêne aussi l’allemand Peer Steinbrück qui se croit à la tête de la cavalerie prussienne, elle incommode le Président allemand Gauck, elle étonne le Président italien Napolitano, et j’en passe... Le besoin atavique d’autorité qui transperce des propos du Président Gauck, propos tenus lors de sa visite en Suisse, est préoccupant et rappelle le besoin viscéral de certains dirigeants, allemands entre autres, de disposer d’un chef. Je n’ose pas imaginer que Monsieur Gauck veuille imposer un Führer à la Suisse ou à l’Europe, mais d’aucuns l’ont certainement déjà fait. En réalité, on n’est peut-être pas si loin d’une reprise en mains de l’Europe par l’Allemagne : la volonté de la Chancelière allemande d’imposer le luxembourgeois Juncker à la tête de la Commission pose en effet un sérieux problème. Avec Juncker à la Présidence de la Commission, l’UE ne va pas pouvoir se réformer rapidement et efficacement et va s’affaiblir toujours plus, ce qui va permettre à l’Allemagne de poursuivre sa montée en puissance – la France est hors-jeu pour un moment– pour émerger comme seule force économique, politique et diplomatique de poids en Europe. Sans devoir répéter les tragédies de 1914-18 et 1939-45, mais grâce au manque dramatique de vision politique de ses partenaires européens, l’Allemagne va bientôt pouvoir assouvir son besoin de puissance en Europe : à témoin, déjà, le poids de Berlin dans les relations entre Moscou, Kiev, Bruxelles et Washington pour apporter une solution à la crise ukrainienne. Apparemment, seul le Premier Ministre anglais Cameron semble l’avoir compris.

Ainsi, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Commissaires, avant de chercher des poux dans la paille de votre voisin suisse, nettoyez donc vos écuries d’Augias – vous serez occupés pour plusieurs décennies encore, surtout si vous ne changez pas de balais !

J’adresse copie de ce courrier au Guiness Book of Records pour que soient octroyés à l’Union Européenne deux records absolus largement mérités : le record de l’incompétence économique et le record de la farce démocratique.

Avec mes salutations distinguées.

Professeur Jean-Daniel Clavel



(*1) EUROSTAT/INSEE, 2012/2013. Par exemple, taux de population étrangère en Allemagne 9.1 %, en France, 5.9%. Mis à part l’Estonie et la Lettonie, tous les autres Etats d’Europe centrale et orientale ont un taux de population étrangère largement inférieur à 4%.

(*2) Voir El Mundo, 17.11.2012 : Sylvia Nasar : No sé donde estudiarons los líderes de la UE, pero son analfabetos económicos »

(*3) En fait, l’antidémocratisme de la CEE, puis de l’UE, vis-à-vis de la Suisse n’est pas nouveau. Ainsi, j’ai vécu quelques épisodes similaires lorsque je coordonnais les négociations de la « deuxième corbeille » dans le cadre de la CSCE, de Vienne en 1987 à Bonn en 1990. A la fin du Forum économique de Bonn en mars/avril 1990, certains collègues européens m’ont simplement dit « Maintenant, c’est fini : la Suisse n’a plus rien à dire, elle doit rentrer dans le rang. Ce petit pays doit suivre et rester à sa place»."

Vous aurez constaté comme moi, qu'il n'y a aucune raison d'avoir peur des pressions européennes!

Écrit par : Corélande | 25/07/2014

@ petard

En avez-vous trop fumer?

Pour votre gouverne sachez que je vis à Zurich City, une ville et un canton qui a voté contre le milliardaire raciste et les bouseux profiteurs que vous représentez si bien.

Je vous suggère l'humilité, la remise en question car vous n'avez ni le niveau, ni la culture et encore moins l'intelligence pour comprendre ce genre de situation et les conséquences qui en découleront!

Écrit par : Markus Wolf | 25/07/2014

@ petard : j'ai trouvé très aimable votre façon de critiquer deux personnes qui ne sont pas d'accord avec l'UDC, c'est flatteur !

Sachez que je vis dans le canton de Vaud qui a rejeté l'initiative du 9 février dernier.

Je suis membre d'un parti de droite, comme je l'ai toujours été mais pas le vôtre.

Il est regrettable que vous ayez de la peine à accepter que tous les suisses ne soient pas du même avis que vous.

L'UE a rejeté la demande de révision des accords bilatéraux sur la libre circulation des personnes adressée par le Conseil fédéral et j'espère que vous avez sabré et sablé le champagne pour cette magnifique réponse !

Écrit par : ML | 26/07/2014

Monsieur Voiblet,

Vous dites:
" Commençons par respecter notre démocratie! "
Bravo!... Aucun vrai démocrate ne pourra ne pas être d'accord avec vous!
Pourtant, votre titre contient un couac de taille: la première partie de celui-ci: "Vote du 9 février"!
Pour la libre circulation, la démocratie a débuté bien avant ce jour là. Elle a commencé dès que l'UDC a fait campagne et même avant. Et cette campagne n'a pas été franchement démocratique. Dans son argumentaire, l'UDC a sciemment occulté plusieurs pans du problème. Ceux qui, aujourd'hui, font que dans plusieurs domaines les difficultés s'accumulent.

Pour un parti politique, ne pas dire TOUTE la vérité est-ce réellement démocratique?
Attention! Le fait que tous vos adversaires politiques, donc tous les autres partis, ont fait de même et, tout comme l'UDC, continueront à le faire, n'est en aucun cas un argument qui premettrait de vous dédouaner.
Tous les politiciens -de la droite la plus adroite à la gauche la plus gauche- prennent les citoyens pour des moutons. Des citoyens à qui on tond la laine sur le dos sans qu'il soit nécesaire d'expliquer toutes les implications de leurs "choix".

Mais, à votre décharge, je dois admettre que l'UDC est le seul parti à avoir admis ouvertement qu'elle prenait les citoyens pour des moutons.
Sur les affiches de campagne, elle a eu le courage de revendiquer ses idées, principalement celle qui démontre pour quoi l'UDC prend les citoyens: des capridés tout blanc.

Votre billet est une démo crade de ce que démocrate veut dire pour l'UDC d'abord... Mais pour tous les autres partis également!

Écrit par : Père Siffleur | 26/07/2014

@ML et Wolf

Pour ce qui est du "jaugeage" de mon niveau, de ma culture, de mon intelligence ou de mes facultés pour comprendre… je vous laisse de tout coeur à vos considérations méprisantes…

«Il est regrettable que vous ayez de la peine à accepter que tous les suisses ne soient pas du même avis que vous.»

C'est fou quand-même, qui est-ce qui n'a pas accepté les résultats du 9 février ?
Qui est-ce qui fait tout pour… contourner, biaiser la volonté populaire.

«Zurich City, une ville et un canton qui a voté contre le milliardaire raciste»

Le peuple s'est exprimé à 50% + vos 19300 voix "risibles". En démocratie cela s'appelle majorité. Que ça vous plaise ou non.

Il y a deux possibilités: on s'en accommode ou on se sépare.

Perso, je m'accomode que vous ne soyez pas d'accord avec moi. Mais ne m'imposez pas l'environnement que vous projetez…

Lorsque vous gagnerez avec 50,33333333%, soyez-en sûr, je ferai mes valises pour faire de la place à tous ceux que vous souhaitez importer pour agrandir votre "marché" ou satisfaire votre trip multi-multiculturel.

Écrit par : petard | 26/07/2014

"Dans son argumentaire, l'UDC a sciemment occulté plusieurs pans du problème. Ceux qui, aujourd'hui, font que dans plusieurs domaines les difficultés s'accumulent."
Comme à son habitude, le Père Yoyoteur ne voit rien de ce qui se passe. La stratégie des perdants du 9 février est pourtant limpide : en accord avec les pires de l'Europe, la Commission actuelle, tout faire pour rendre la vie impossible aux Suisses jusqu'à ce qu'ils perdent leurs droits.
marcus wolf (l'absence de majuscules est voulue) et ML savent-ils que le Luxembourg a le droit de contrôler son immigration ? Sont-ils conscients que le Luxembourg non seulement fait partie de l'UE mais en est un membre fondateur, alors que la Suisse n'en fait pas partie ?
Trouvent-ils normal que les étudiants suisses soient éloignés du système Erasmus (les petites Lausannoises ne pourront plus s'initier aux joies de la partouze à Londres ou Berlin...) parce que les Suisses veulent s'exprimer sur l'immigration ? Pensent-ils que les Français admettraient sans autre 1% de leur population de plus chaque année, soit 650'000 personnes ?

Écrit par : Géo | 26/07/2014

le Géo national se plaint que la loi du plus fort impose ses vues. Il est outré que l'UE fasse tout afin de rendre la vie des Suisses impossible. Pourtant, d'habitude, le personnage est systématiquement pour les plus forts, pour les puissants. Il est contre les plus faibles et les laissés-pour-compte.

Mais Géo n'est du côté des plus forts que s'ils sont de nationalité suisse... ou alors, éventuellement étrangers, mais uniquement si la surface financière de ces derniers est suffisante pour être mise à la disposition d’une certaine Suisse, celle des nantis.

Les frontières de la géo...graphie de géo sont à géo...métrie variable. Pour lui, les Suisses puissants et leurs sbires ont parfaitement raison d'écraser les faibles de Suisse ou d'ailleurs.
Par contre, les puissants de ce monde et leurs sbires sont de vils scélérats lorsqu'ils mettent des bâtons dans les roues de la "pauvre" petite Suisse.
Et lorsque Sieur Géo écrit "Les petites Lausannoises ne pourront plus s'initier aux joies de la partouze à Londres ou Berlin...", le pauvre confond géographie politique ou économique avec pornographie. Il doit en baver sur son clavier!

Écrit par : Père Siffleur | 26/07/2014

Voila que lorsqu'il est question de science, l'UE s'arrange pour donner une suite favorable au vote du 9.02.2014.
Quand elle veut, elle peut.

http://www.tdg.ch/suisse/berne-bruxelles-mettent-accord-horizon-2020/story/24970716

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 27/07/2014

PS@ Je relis mon commentaire, je relis le vôtre. Vous ne faites plus le poids. Vous êtes au régime, sans sel et avec beaucoup d'aigreur ?

Écrit par : Géo | 27/07/2014

@Géo
Apparemment vous avez une jalousie incontrôlée sur les universitaires.
C'est quoi votre problème : Tous des gauchistes ? Complexe de ne pas avoir été à l'université, vous avez été rejeté par des étudiantes ?

Si l'UDC accroche si peu d'universitaire et encore moins de gens brillant, c'est peut-être que l'idéologie avec cette vision simpliste teinté de caliméro et de populisme rend cette formation pas du tout crédible.

Écrit par : roket | 27/07/2014

Cher Monsieur Voiblet,

Je vous ai écouté au Téléjournal sur la nlle initiative de votre parti sur l'asile.

Deux questions :
1. Le peuple a déjà voté sur ce sujet et a rejeté l'initiative. Pourquoi nous reposer la question ?
2. Qu'est-ce qu'un "vrai" réfugié pour vous ?
Je pensais qu'il existait un consensus pour dire que les Erythréens et les Syriens étaient de "bons" réfugié. Il semblerait que non, vu que votre parti dénonce ces cas. Alors, Cher Monsieur, qui est un "vrai" réfugié ??
Merci.

Écrit par : Gulli | 27/07/2014

Oops, le lien vers la précédente initiative :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_populaire_%C2%AB_contre_les_abus_dans_le_droit_d'asile_%C2%BB

Votre parti est déjà à court d'idée sur le sujet ? :)

Écrit par : Gulli | 27/07/2014

Il suffit que l'UDC demande des mesures politiques plus strictes pour que certains se sentent obligés d'utiliser le pire des vocabulaires pour qualifier notre parti et ses membres.
je retiens cependant une chose importante: le peuple donne dans sa majorité et contre l'avis de tous les autres partis souvent raison à l'UDC !
Mais il faut se rappeler qu'aux yeux de certains - lorsque le Peuple donne raison à l'UDC - c'est qu'il a été trompé, qu'il était mal informé, que l'argent a décidé du résultat, etc... Alors que si le peuple suit les mots d'ordre de la gauche, il fait preuve de sagesse exemplaire. Allez comprendre...

Écrit par : Claude-Alain Voiblet | 28/07/2014

Roket@ "Apparemment vous avez une jalousie incontrôlée sur les universitaires."
Ah bon, où ça ? Et pour votre info, la géologie s'enseigne à l'uni et l'hydrogéologie est un IIIème cycle...
Par contre, je suis assez d'accord avec vous sur :
"Si l'UDC accroche si peu d'universitaire et encore moins de gens brillant, c'est peut-être que l'idéologie avec cette vision simpliste teinté de caliméro et de populisme rend cette formation pas du tout crédible."
C'est très exactement le drame contemporain (drame au sens classique). Cassandre n'est jamais crédible, par ailleurs. Et Cassandre n'était pas une idiote. A méditer...
Voyez la France, submergée par des millions d'Arabes auxquels elle a imprudemment accordé la nationalité française. Ces gens viennent d'un pays qui sortait d'une guerre avec la France, où 40'000 femmes ont été violées par les troupes françaises, où les harkis, soldats algériens qui se sont battus pour la France, ont été abandonnés à leur sort par la France, de Gaulle en particulier, tous massacrés (plus de 100'000...). Et la France naïvement ouvre grandes ses frontières à dix millions de ces gens, en pensant que tout allait bien se passer ? Quelle folie, n'est-ce pas ?
Et en face, l'abruti Le Pen, qui lâche ses grosses conneries, (Durafour crématoire, les chambres à gaz détail de l'histoire...), que les gens du FN sont allé chercher dans sa boutique de souvenirs nazis parce qu'ils le croyaient stupide (ce qu'il était) et manipulable (ce qu'il n'était pas)...
Et donc, l'abruti le Pen est très responsable de l'état lamentable de la France parce qu'il a déshonoré à maintes reprises la défense de l'idée de nation.
Et l'on voudrait que l'UDC évite ces écueils, par exemple en ne traitant pas les initiants ECOPOP de racistes en Birkenstock.
Oui, vous avez raison, il y a des connards à l'UDC, beaucoup trop...

Écrit par : Géo | 28/07/2014

" lorsque le Peuple donne raison à l'UDC - c'est qu'il a été trompé, qu'il était mal informé, que l'argent a décidé du résultat, etc... Alors que si le peuple suit les mots d'ordre de la gauche, il fait preuve de sagesse exemplaire. Allez comprendre... "

C'est comme cela que Pierre-Yves Maillard Conçois le démocratie. Quand le peuple avait refusé le salaire minimum pas la dernière mais celle d'il y a quelques années en arrière avait dit que c'était la victoire du fric puisque la droite avait gagné pour dire un autre jour que quand la gauche et surtout lui avaient gagné sur la votation sur l'instauration des prestations complémentaire que c'était une victoire de la démocratie.

D.J

Écrit par : D.J | 28/07/2014

Les commentaires sont fermés.