04/05/2015

Libre circulation des personnes, une réalité bien différente !

Pour ceux qui ont une bonne mémoire, souvenez-vous lors de la campagne en vue de l’acceptation de libre circulation des personnes à la fin des années 2000, le Conseil fédéral parlait d’un flux migratoire positif dans notre pays d’environ  6 à 8'000 immigrés par année. C’est exactement le chiffre des migrants qui ont traversé la Méditerranée durant le premier weekend de mai 2015. Et croyez-moi, ce sont pour la très large majorité d’entre eux des personnes qui viennent en Europe avec l’espoir d’un statut économique meilleur. Avec la libre circulation des personnes telle que pratiquée aujourd’hui, cette situation est un réel problème pour la Suisse qui a malheureusement délégué la «gestion de sa frontière» à l’Union européenne.

Alors que l’Europe compte un taux de chômage moyen de 10.7 % (encore plus élevé dans les pays du sud de l’Europe) et un PIB par habitant de 27'937 dollars, notre pays n’a que 3.4% de chômeurs et un PIB de 46'734 dollars par habitant.  Nul besoin d’être économiste ou grand analyste pour comprendre que notre pays est une terre de destination pour de très nombreux migrants économiques, y compris en provenance des pays de l’UE et que cette situation n’est plus possible à terme.

Le peuple et les cantons, le 9 février 2014, ont clairement souhaité limiter l’immigration de masse dont notre pays est victime en privilégiant une immigration correspondant aux besoins avérés de notre économie pour permettre une bonne intégration des nouveaux arrivants. Cela n’est malheureusement toujours pas le cas aujourd’hui.

Plus d’une année après ce vote, aucune véritable volonté ne se dessine dans la politique de nos gouvernants pour mettre en oeuvre, sans réserve, la décision de notre souverain. Ce n’est pas vers une véritable reprise en main de notre politique migratoire que nous nous dirigeons. Il suffit pour s’en convaincre de faire une lecture rapide des chiffres du Secrétariat à la migration concernant la statistique des étrangers 2014. Les résultats indiquent une croissance incontrôlée de la population qui s'explique toujours par l'immigration. Cette immigration nette a atteint l'an passé 78'902 personnes. Ce qui est inquiétant dans ce développement, c’est que moins de la moitié de l'immigration est due à des personnes cherchant un emploi en Suisse. C'est donc dire l'urgence qu'il y a à appliquer rapidement et rigoureusement l’article constitutionnel "contre l'immigration de masse" approuvée il y a plus d'un an et éviter ainsi l’explosion de notre système social.

En conclusion, le fait que moins de la moitié des immigrants sont à la recherche d'un emploi confirme malheureusement l'échec du système actuel d'immigration basé sur la libre circulation des personnes. Le Conseil fédéral et le Parlement doivent désormais immédiatement préparer l'application complète de l'article constitutionnel 121a sur le contrôle et la limitation de l'immigration approuvé par le peuple et les cantons. Les Etats membres de l'UE doivent être impliqués dans cette procédure et l'accord de libre circulation des personnes doit être modifié puisque les trois quarts de l'augmentation de la population résidente sont dus aux ressortissants de l’UE. L'immigration se poursuivra sans discontinuer faute de prendre des mesures efficaces comme des contingents d'immigration et la priorité des travailleurs résidents, mesures que le peuple et les cantons ont approuvées.

Certains crient que le peuple n’a pas toujours raison, surtout lorsque ce dernier ne pense pas comme eux ! Je ne suis pas de ceux-ci et sur ce coup-là je suis absolument convaincu que le peuple a parfaitement raison !

 

Commentaires

Monsieur Voiblet ou quand les images associées aux chiffres perturbent l'émotionnel
Cependant une chose est certaine ou alors n'est-elle que pure coincidence mais à chaque fois qu'il est question de dédommager les victimes de la maltraitance enfantine et ce dans notre pays ,de nouveaux flux migratoires de réfugiés font à nouveau parler d'eux
Sans omettre les bulletins de versements d'œuvres Caritatives non Suisses qui déboulent dans les boites aux lettre
Ce qui permet de se poser de nombreuses questions ne trouvez vous pas? ceci pour autant qu'on ait encore envie de réfléchir par soi-même
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 05/05/2015

Monsieur Voiblet désolée de venir vous parler d'un autre sujet mais vous n'avez pas de blog concernant la paysannerie Suisse
Avec vous remarqué combien l'Allemagne qui n'avait que le mot Bio en bouche pour mieux nous manger comme le Petit Chaperon rouge ,cette Allemagne si fière d'avoir pu faire monter à bord du rafiot Agriculture de nombreux paysan la voilà t'il pas qu'elle est entrain de retourner sa veste pour encore faire mieux couler nos agriculteurs et comment ?
simplement en innovant des fermes de plus en plus grandes avec du bétail nourri 24 heures sur 24 ,lequel par chance a droit a des soins offerts grâce à une brosse électrique afin sans doute de leur faire croire au grand bonheur de la caresse paysanne
Si les Bio n'avaient pas vu le jeu venir d'autres hélas savaient que l'Allemagne posséde plus d'un joker dans sa poche et qu'elle fini toujours par faire tomber les moins forts et surtout ridiculiser ceux qui ont obligé de nombreux agriculteurs $uisses à se plier à leurs lubies de soi disant protecteurs de la nature et des animaux
Il est temps que les jeunes d'aujourd'hui se plient au monde moderne et cessent de vouloir materner ou couver ce qui ne peut l'être car le monde lui ne se pliera jamais à leurs petits caprices de Bobos
Merci pour Votre Blog

Écrit par : lovejoie | 05/05/2015

Vous dérangez c'est absolument sûr et certain ... comme hier soir sur la chaîne La Télé vos adversaires PS et Vert !!!

Quant à la journaliste, on ne peut pas dire qu'elle vous ait laissé beaucoup de temps de paroles ...

Écrit par : Marie | 05/05/2015

Avant de parler de quotas concernant les migrations voulons-nous oui ou non que l'UE fasse la loi chez nous en nous imposant ce que bon lui semble!
On comprendrait que l'UE, concernant notre pays, comme les autres, annonce ce que souhaité concernant ces quotas, certes, mais, qu'ensuite, aux Etats, aux Etats seuls, appartiennent la décision.

Ensuite, travailler en aval, c'est-à-dire partir du symptôme (les migrations) à "quoi faire et combien" est mal raisonner.

Du symptôme remonter en amont: pourquoi les migrations, quoi faire non chez nous mais d'abord chez eux?!

Une inondation (mille sceaux et serpillères) ne trouvera aucune issue tant que l'on n'aura pas coupé l'arrivée d'eau... non à des km à la ronde non concernés mais directement là où il y a problème.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/05/2015

Permettez-moi d'ajouter que l'UE qui menace de rompre les accords en cas d'"insubordination" de la Suisse, pour le dire ainsi, se livre à un odieux chantage en lequel tel un engrenage le pays y enfilant le doigt ne l'en ressortira jamais.

Comme l'ont affirmé des experts dignes de foi concernant les études des jeunes, comme la recherche, la Suisse a amplement les moyens de s'en sortir sans l'UE, sans une telle maîtresse chanteuse UE!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/05/2015

Les commentaires sont fermés.