31/10/2015

Elections fédérales 2015 - Avec d’excellents résultats, l’UDC s’établit durablement en Suisse romande

Nul besoin de grands discours pour affirmer que l’UDC a atteint ses objectifs en Suisse romande. En effet, avec une progression de trois élus romands et surtout l’arrivée de six nouveaux représentants francophones au Conseil national, notre parti a su gagner la confiance de plus de 20% des électrices et des électeurs romands qui seront désormais représentés par douze conseillers nationaux à Berne.

La confirmation de l’implantation de l’UDC en Romandie

Après les élections fédérales du 18 octobre dernier, nous pouvons affirmer que l’UDC s’est implantée de manière durable en terre romande. Certes, cela n’a pas été facile, le remplacement des fortes personnalités qu’étaient Messieurs André Bugnon, Oskar Freysinger, Yvan Perrin ou Pierre-François Veillon n’était pas une démarche simple, pourtant l’UDC a relevé ce défi avec le succès que l’on connaît. Le parti peut désormais compter sur l’engagement et les compétences de ses nouveaux élus qui représenteront avec succès l’UDC de la Suisse romande au sein du parlement fédéral.

L’UDC fait aussi un tabac aux élections cantonales jurassiennes

Comme si cela n’était pas suffisant, le dimanche du 18 octobre nous réservait une autre surprise de taille. L’UDC a encore enregistré un succès extraordinaire dans le canton du Jura. En effet, notre parti a doublé sa représentation au parlement cantonal avec huit élus et quatre suppléants.

Des résultats qui reflètent une excellente campagne

Ces résultats reflètent sans aucun doute en priorité l’excellente campagne mise en œuvre par l’UDC Suisse et l’engagement très important de nos représentants dans les différents cantons. Lors des mois qui ont précédé les élections fédérales passées, l’UDC Suisse a mobilisé ses sections cantonales et ses candidats. Nous avons été exigeants avec vous, nous vous avons demandé d’aller sur les marchés, dans la rue ou dans l’espace public à chaque fois qu’une occasion se présentait pour rencontrer nos concitoyennes et concitoyens et être à leur écoute.

Au sortir de ces élections, l’UDC a enregistré une croissance de 14'880 électeurs en Suisse romande avec des résultats records dans les cantons de Fribourg et du Valais. Il faut relever à cet égard les très bons scores réalisés auprès de l’électorat alémanique de ces deux cantons.

Notre parti a également augmenté son électorat dans le canton de Genève et dans le Jura bernois alors que dans des situations particulières, l’UDC a su garder un élu dans le canton de Neuchâtel et quatre élus dans le canton de Vaud. L’élection d’un représentant du Jura bernois est une preuve supplémentaire de la force de l’UDC en Suisse Romande.

 

2011

2015

Ecart en %

Fribourg

21.4

25.9

+4.5

Genève

16.0

17.6

+1.6

Jura

15.5

12.8

-2.7

Neuchâtel

21.4

20.4

-1.0

Valais

19.7

22.1

+2.4

Vaud

22.9

22.6

-0.3


Cela étant, je crois qu’il faut raison garder et savoir rester critique. En effet, si les résultats en termes de mandats sont excellents en Suisse romande, notre parti a connu des difficultés à véritablement mobiliser son électorat dans les cantons du Jura, de Neuchâtel, de Vaud et dans la partie romande du canton du Valais.

Si en Suisse romande le parti peut désormais compter sur la présence de sections dans toutes les villes importantes, les problèmes de gouvernance de certaines sections cantonales n’ont pas favorisé l’émergence souhaitée de l’électorat UDC dans ces cantons.

Nous invitons évidemment les sections cantonales - celles qui ont connu le succès comme les autres - à poursuivre leur travail et mener une politique active qui permette de mieux répondre aux attentes de nos électeurs.

Une fois encore, ces élections ont apporté la preuve que les citoyens qui nous témoignent leur confiance exigent que l’UDC et ses élus fédéraux - comme d’ailleurs au niveau cantonal ou communal - s’engagent contre le rattachement à l’UE, pour limiter l’immigration, pour expulser les criminels étrangers et pour des impôts modérés. 

Remerciements aux sections cantonales et aux candidats

Nous tenons, en conclusion, à remercier toutes les candidates et tous les candidats, bien entendu nos élus, mais en également toutes celles et ceux qui ont accepté de porter les couleurs de l’UDC sans connaître le succès escompté.

Ces remerciements s’adressent aussi aux travailleurs de l’ombre, les chefs de campagne, les membres des comités de soutien, ainsi que les membres et sympathisants qui se sont investis sans compter en permettant à notre parti de convaincre plus de 140'000 électrices et électeurs romands d’apporter leur soutien à l’UDC.

C’est grâce à vous toutes et à vous tous que l’UDC est désormais représentée par douze élus romands au Conseil national.

 

 

Commentaires

en fait, il n'y a que vous qui ne vous êtes pas "établi durablement" au sein de l'UDC vaudoise, vu la claque que vous vous êtes pris.

Écrit par : gniark gniark | 31/10/2015

A propos d'impôts modérés (pourquoi pas calculés en fonction du revenu des gens?) pourquoi pas un combat UDC concernant la LAMAL dont les primes de base seraient calculées à propos du revenu de chacun.
Il est évident que les affiliés très à l'aise, fortunés, auraient des primes beaucoup plus importantes que les autres mais est-il équitable que les primes ne correspondant jamais aux revenus des gens avec toujours plus de demande de prestations sociales alors qu'il s'agirait de demander de façon honnête et, éventuellement facultative, des primes ne suivant plus l'ascenseur que l'on sait aux arguments de justification "choisis"?!

Une assurance maladie en revenant à ses débuts on ne peut plus appréciés, d'une assurance maladie facultative pourrait indiquer à chacun ce qu'il faudrait mettre de côté chaque mois tout en le laissant sur son propre compte (n'étant question, ici, que des primes de base de l'assurance maladie).

Écrit par : MK | 02/11/2015

@MK
Si c'était en fonction du revenu, ça ne s'appellerait pas "assurance" mais "impôt", et donc il n'y aurait plus aucun sens de souscrire à une assurance quelconque.

Dans certain pays, il n'y a pas d'assurance maladie à payer puisqu'inclut dans les impôt.
L'UDC est de tradition libéral avec une aile ultralibérale. Si l'UDC combat avec toutes ses forces la caisse unique, ce n'est pas pour être favorable à un système qui inclut les primes dans nos impôts.
Question de lobbying des assurances peut-être.

Si je me rappelle bien, le peuple a largement rejeté l'initiative d'une assurance en fonction du revenu. La droite, y compris l'UDC, y était totalement opposée à cette initiative.

A l'udc, comme ailleurs, l'idéologie prime sur des mesures qui peuvent alléger le poids des assurances sur les citoyens.

Écrit par : motus | 02/11/2015

Les commentaires sont fermés.