19/04/2011

La route vers les élections fédérales est ouverte pour l'UDC Vaud

Suite aux résultats des dernières élections municipales dans certaines communes vaudoises, la première étape de cette longue période électorale de dix-huit mois, allant de l'automne 2010 au printemps 2012, se termine et pour notre parti l'heure d'un bilan intermédiaire a sonné. Mais tout d'abord, nos félicitations vont aux différentes personnalités de notre parti qui ont obtenu de haute lutte un mandat au sein de la Municipalité de leur commune respective. Après une croissance de 60% dans les différents conseils communaux, nous avons obtenu six élus au sein des exécutifs des principales localités vaudoises. Ce résultat nous permet de maintenir notre position. Ainsi, nous pouvons définitivement dresser un bilan très positif des élections communales vaudoises. Un grand merci aux nombreux acteurs de notre parti qui ont œuvré à ce succès.

Désormais, il s'agit rapidement de faire place aux élections fédérales du 23 octobre 2011. La mission principale qui attend dès aujourd'hui notre parti est encore plus difficile. Il est de notre devoir de tout entreprendre pour garantir une forte croissance du soutien des électrices et des électeurs vaudois. En effet, lors des élections au Conseil national de 2007, nous avons obtenu un cinquième mandat en raison de l'apparentement judicieux avec le PLR. Fort de ce constat, il est dès lors prioritaire de nous tourner vers un objectif plus élevé et rechercher idéalement pour notre parti un sixième mandat au Conseil national !

C'est uniquement en poursuivant cet objectif ambitieux que nous assurerons déjà les cinq mandats dont dispose l'UDC Vaud au sein du parlement fédéral. Aujourd'hui la question n'est pas de savoir si tel ou tel candidat, va représenter notre parti à Berne, mais bien d'obtenir le soutien de 26 à 27% des votants et ainsi obtenir la confiance des vaudois pour envoyer six conseillers nationaux à Berne. Si dans la foulée des élections communales de mars 2011, notre parti arrive à générer une dynamique gagnante, à créer un esprit de groupe positif et à entraîner derrière nos dix-huit candidats au Conseil national et nos deux candidats au Conseil des Etats tout le parti, nul doute que les résultats seront à la hauteur de nos espérances.

En principe, l'UDC Vaud pourra aussi compter sur une liste jeune, avec dix-huit membres,  engagés et compétents, prêts à acquérir de nouvelles connaissances. Cet engagement des jeunes de notre parti dans cette campagne électorale sera à coup sûr synonyme de fraîcheur et d'innovation. Nos jeunes membres auront aussi la possibilité de rendre visible leur qualité en vue de futures candidatures pour les élections au Grand Conseil de mars 2012. Enfin, il est important de faire mention à la candidature de notre Conseiller d'Etat Jean-Claude Mermoud. Ce dernier aux côtés de notre Conseiller national Guy Parmelin, a choisi de se mettre à la disposition de notre parti pour la course au Conseil des Etats. Après avoir beaucoup donné pour l'UDC vaudoise, notre Conseiller d'Etat montre l'exemple et il prend des risques, ouvrant la voie devant notre parti.

Au cours des semaines passées, l'UDC Vaud a connu le temps des discussions internes légitimes visant à positionner les différentes forces qui composent notre parti. Désormais, le temps de l'engagement commun contre nos adversaires politiques est venu. C'est avec une attitude positive et un engagement clair que l'UDC Vaud va obtenir le soutien escompté des électrices et des électeurs vaudois. Le succès est possible si l'engagement de chacune et de chacun est tourné vers l'intérêt général du parti et vers la création de valeur aux yeux de nos électrices et nos électeurs.

A toutes les sections de districts ou membres élus qui ne trouveraient pas la motivation suffisante pour les élections fédérales, il est fort utile de rappeler que la croissance de l'UDC lors des élections cantonales se joue déjà cet automne. Notre parti a toutes les cartes en mains pour gagner son pari, alors travaillons unis et ne gaspillons pas sur l'autel des intérêts personnels perfides la récolte prometteuse des graines que nous avons semées lors des élections communales du 13 mars 2011.

 

04/02/2011

Télé-Brélaz, l'UDC ne participera pas à cette parodie de la démocratie

La Municipalité de Lausanne a chargé la société Médiaprofil d'animer les élections 2011 pour le compte de la Ville de Lausanne sur son «canal de service». Dans un premier temps, il s'agit de réaliser, puis de diffuser en boucle un entretien de quinze minutes avec chaque candidat à la Municipalité. Ensuite, il est aussi prévu de réaliser trois débats de 30 minutes au casino de Montbenon. Chaque débat portera sur deux thèmes dont le contenu sera donné par la Municipalité le moment venu.

Avec le projet «Télé-Brélaz» la Municipalité de Lausanne et la majorité de gauche du Conseil communal tentent d'imposer les thèmes de la campagne électorale en introduisant un nouveau vecteur de communication tout à sa botte et scandaleusement à la charge des contribuables. C'est 190'000 francs qui sont ainsi prélevés sur les impôts des contribuables lausannois par la Municipalité pour imposer le format, les modalités et les thèmes des émissions aux candidats et aux partis politiques. C'est ce qui s'appelle ni plus ni moins un détournement de fonds publics aux fins de propagande !

Si l'information sur les droits démocratiques des électeurs est effectivement de la compétence des autorités politiques élues, la propagande électorale et l'offre de prestations aux électeurs est uniquement de ressort des partis politiques. Cependant, à Lausanne, cette affirmation n'est pas du goût de la majorité de gauche en place ! Le fruit rouge rose - vert est décidément en train de virer vers des couleurs plus sombres !

Verrons-nous dans les semaines à venir «Télé-Brélaz» devenir une ''micro TSR'', contrôlée par la Municipalité, intervenant dans toutes les campagnes électorales, dans les votations populaires ou au cœur de l'actualité politique avec des émissions de type Brélaz-Arena ?

Aujourd'hui, à l'ouverture de la campagne pour les élections communales «Télé-Brélaz» n'est malheureusement pas le seul nouveau vecteur de propagande de la majorité de gauche. Le bureau de l'intégration des immigrés (BLI) a été mobilisé pour dorer le blason des municipaux sortants auprès de l'électorat en organisant et en finançant des manifestations sympathiques à l'exemple de la visite gratuite du Musée olympique. A noter que si vous êtes Suisse, vous payez le plein tarif ! L'UDC dénonce ces opérations de séduction planifiées par le Bureau de l'intégration des immigrés envers l'électorat. Notre parti ne prêtera pas son concours à ces pratiques.

C'est à visage découvert que la Municipalité utilise l'argent de la caisse communale pour faire de la politique contre une partie des Lausannois. Quand il s'agit d'être élu ou réélu, ou de gagner un vote populaire, la gauche pioche joyeusement dans la caisse de la Ville.

Il ne s'agit pas de fuir le débat politique et l'UDC acceptera toute discussion ou événement mis sur pied par des institutions ou des médias indépendants des fonds publics.

Une presse libre et indépendante ainsi qu'une saine concurrence entre les différents médias est l'un des biens les plus précieux d'une démocratie. Et une société de citoyens libres ne peut fonctionner que si les médias acceptent de garder un tant soit peu de recul par rapport aux influences étatiques. Or, avec Télé-Brélaz et l'activisme du (BLI), on entre manifestement dans l'ère d'une nouvelle dictature à la sauce lausannoise, mijotée par la majorité de gauche !

 

10/12/2010

Votations communales 2011 : la gauche va à la pêche aux électeurs avec l'argent des contribuables lausannois !

Quelle ne fut pas ma surprise, en participant au colloque sur les ''droits politiques des étrangers et apprendre la démocratie'', organisé par la ville de Lausanne, d'entendre la syndique de Renens parler de nouvelle clientèle électorale en évoquant les étrangers. C'est vrai que dans sa commune, elle en connait un bout sur la politique migratoire.

Cependant, elle ne croyait pas si bien dire et à la lecture des faits de ces derniers mois, elle a même parfaitement raison. En effet, à l'approche des élections communales, les élus de gauche s'agitent, ils vont à la chasse aux électeurs. Mais soyons crédibles et sérieux, il est évident que tous les partis s'intéressent aux électeurs, y compris les électeurs étrangers. Ce qui est choquant avec la gauche, c'est la manière.

En effet, cette gauche sans scrupule va à la pêche aux électeurs avec l'argent de tous les contribuables. Vous n'êtes pas convaincus, alors voyez plutôt :

  • Citons tout d'abord la soudaine mise en œuvre, à quelques semaines des élections communales, d'un conseil des jeunes alibi qui ouvre ses portes aux adultes jusqu'à 25 ans.
  • Il y a ensuite le dépôt en urgence d'une motion de la gauche pour informer les électeurs de nationalité étrangère sur leurs droits politiques.
  • Sans oublier encore le financement de ''Télébrélaz'', chaîne de propagande dédiée à la splendeur de la Municipalité de Lausanne et de ses élus de gauche.
  • Et cerise sur le gâteau, ces derniers jours le bureau de l'intégration des étrangers a organisé un grand raout sur les ''droits politiques des étrangers et l'intégration, ou comment apprendre la démocratie''.

Nous sommes à quelques mois des élections communales et la gauche déborde d'idées pour faire le plein de voix avec l'argent du contribuable. Eh oui, c'est bien vous et moi qui payons ces vastes actions de recrutement d'électeurs de gauche !