20/06/2010

Merci au vice-président du POP vaudois

Depuis que je pratique la politique, ma résilience aux très nombreuses critiques acerbes de nos adversaires de gauche a très largement augmenté. Au fil des débats, j’ai parfaitement identifié que les critiques les plus fortes, faisant mention à des périodes tristes de l’histoire d’un passé pas si éloigné que cela, étaient le fruit de la frustration de nos adversaires devant la réalité de positions politiques claires proposées par notre parti.

 

Une fois cette logique simple parfaitement intégrée, il n’est vraiment pas difficile de supporter l’étiquette UDC ! Que ce soit en Suisse romande ou dans le nid de gauche qu’est devenue la capitale du canton de Vaud, cette logique est présente lors des débats situés au cœur de la politique de l’UDC. En fait, l’apparition dans la discussion de ce type de critiques est souvent  l’indicateur parfait de la qualité de votre démarche politique. Lorsque vos adversaires dérapent, vous avez mis le doigt où cela fait très mal ! A court d’arguments crédibles, le débat fait alors place aux invectives haineuses.

 

Cependant la palme du meilleur vecteur de la politique de notre parti, au travers de propos pleins de fiel, revient indiscutable au vice-président du POP vaudois. Sa dernière tribune ‘’signature’’ dans un hebdomadaire lausannois est une pure merveille.

Je vais m’empresser d’utiliser ce chef d’œuvre dans les cours de formation que je dispense à nos membres en Suisse romande. Il est l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire. Un journal propose une tribune à cet homme de gauche et par ses propos extrêmes ce dernier, l’offre finalement à ses adversaires de droite, chapeau !

 

Jugez-en par vous-même, il a fait référence sept fois à l’UDC, cité quatre personnalités politiques de notre parti et abordé les quatre thèmes qui sont au centre de notre programme dans les quelque trente lignes de son éditorial. Je n’aurais pas réussi à faire mieux.

 

De toute évidence, en politique on est à tous les coups meilleur lorsque l’on parle du programme de son parti que de ses adversaires politiques.

19:24 Publié dans Politique | Tags : udc, pop, critiques | Lien permanent | Commentaires (0)