27/10/2011

Elections fédérales 2011 : l'UDC Vaud est toujours en croissance !

Avec quelques heures de recul et le temps de digérer la déception suite à la perte du siège de Mme Alice Glauser et les résultats moyens de l'UDC à l'échelon fédéral, il est nécessaire d'analyser sans complaisance les résultats sortis des urnes le 23 octobre 2011, ou plus exactement le 24 octobre au soir pour ce qui est du canton de Vaud.

Une lecture attentive de ces résultats permet de constater que l'environnement politique vaudois n'a pas varié pour ce qui est des forces politiques tant de gauche, du centre que de droite. En effet, si les résultats reflètent un important changement dans la répartition des sièges, il n'en est pas de même pour la représentation proportionnelle des suffrages, donc des électeurs, qui accordent leur confiance aux différents partis politiques vaudois.

Pour en revenir aux résultats détaillés, il est important de relever la redistribution des cartes au sein des trois partis de la gauche vaudoise. En effet, le parti socialiste s'est renforcé et a obtenu 6 mandats au Conseil national ; il a pris un mandat aux Verts ainsi que l'unique siège de l'extrême gauche vaudoise qui ne sera désormais plus représentée sous la Coupole fédérale.

Concernant le centre, l'arrivée de nouveaux partis, à l'exemple du PBD, des Verts Libéraux ou de Vaud libre, ainsi que la signature d'un apparentement de circonstance très large a permis aux Verts libéraux de faire leur entrée au sein de la députation vaudoise. Toutefois, le gain de ce siège n'est pas dû à une forte progression de ce parti, mais le fruit direct de l'apparentement précité. A noter également que si le PDC est en perte d'électeurs dans notre canton, mais il réussit tout de même à sauver son siège à Berne. De leur côté, les Verts vaudois doivent faire le deuil d'un siège, suite à une perte proche de 3% de leur électorat ; cette érosion de l'électorat des Verts était déjà apparue lors des élections communales en Ville de Lausanne au printemps dernier.

Pour ce qui est du PLR, qui présentait quatre listes distinctes, il a réduit ses pertes en ne concédant que 0.65% de suffrages. Mais il est important de relever que le Parti libéral accuse, au sein de cette alliance Libéral-radical, une importante perte de plus de 2.3%.

Revenons sur le score de l'UDC en terre vaudoise. Notre parti s'est présenté pour la première fois devant les électeurs avec deux listes, soit une liste principale et une liste jeunes. Alors qu'en 2007, l'UDC obtenait 666'818 suffrages, l'addition des résultats de nos deux listes porte notre parti à 675'995 suffrages pour 2011 et si 22.4% des électeurs vaudois faisaient confiance à l'UDC, ils sont désormais 22.93%. La venue du MCVD ainsi que du PBD n'a en rien affecté l'électorat UDC puisque, au contraire le nombre d'électeurs et la proportion de ces derniers ont sensiblement augmenté.

Aujourd'hui, l'UDC est le premier parti dans 226 communes vaudoises, le Parti socialiste arrive en tête dans 88 communes alors que le PLR obtient le meilleur résultat uniquement dans 24 communes et les Verts dans une petite commune du district de Morges. Ce résultat d'ensemble montre très clairement que l'UDC est désormais bien ancré au coeur des communes rurales et urbaines vaudoises.

L'UDC Vaud tient à exprimer sa gratitude à Madame Alice Glauser qui s'est fortement engagée dans la campagne électorale lors de ces derniers mois. Elle est la candidate malheureuse du résultat, toujours subtil, du jeu des apparentements. Nous félicitons évidemment nos quatre conseillers nationaux réélus ainsi que toutes les candidates et candidats de nos deux listes pour le travail accompli.

Au sortir de ces élections fédérales, la vie politique cantonale reprend de plus belle, avec en toile de fond le deuxième tour des élections au Conseil des Etats et les élections cantonales du printemps prochain, sans oublier le renouvellement partiel du Conseil d'Etat.

D'une manière générale, les élections fédérales ont produit des résultats intéressants pour le Centre Droite vaudois. En effet, le poids de la gauche, soit le PS et les Verts, a été de 36.75%, alors que la force de l'UDC et du PLR était de 44.92%. Ces chiffres sont de bons indicateurs pour inviter les électeurs du centre et de la droite à soutenir sans réserve Guy Parmelin et Isabelle Moret lors du deuxième tour du Conseil des Etats le 13 novembre 2011. Nous avons la possibilité de mettre à mal l'alliance des socialistes et des verts !

Autre constat, le mauvais résultat des Verts, qui enregistrent une perte de 2.7% de leur électorat, alors que l'UDC présente une légère croissance donne aussi un signal très positif avant la campagne de Pierre-Yves Rapaz au Conseil d'Etat. Si nous nous mobilisons, les prochaines élections pourraient offrir de nombreuses sources de satisfaction tant pour l'UDC Vaud que le Centre Droite en général.

Au-delà de l'échéance importante du deuxième tour de l'élection au Conseil des Etats, il faudra passer sans transition à celle du renouvellement du Grand Conseil. Il est donc capital que nous surfions sur la vague du succès qui nous accompagne en ce moment et restions mobilisé pour inciter nos électeurs et nos électrices et de nos électeurs à nous apporter leur soutien. La croissance, même faible, de l'UDC lors de ces élections fédérales doit être un encouragement pour toutes les sections de district ainsi que tous les candidats qui vont s'engager pour les élections cantonales.

L'UDC Vaud remercie ses électrices et ses électeurs de leur soutien sans faille et s'engage désormais en faveur de Guy Parmelin et Isabelle Moret dans la course au Conseil des Etats ainsi que pour Pierre-Yves Rapaz à l'occasion de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat !

20/07/2011

A trois mois des élections fédérales, l'UDC n'a jamais été aussi proche de ses électeurs et de leurs préoccupations

Une croissance continue depuis 1995 en Suisse romande...

Le développement de l'UDC en Suisse romande a suivi de près la croissance qui a prévalu dans les cantons alémaniques dès la fin des années 1980. Il fut cependant nécessaire d'attendre dix ans pour voir émerger notre parti dans les cantons de Neuchâtel et du Valais. Par ailleurs, les sections fribourgeoise et vaudoise n'ont pas répondu rapidement aux attentes et à la pression de nouveaux électeurs proches de la politique qui compose aujourd'hui le cœur du programme de l'UDC Suisse. Alors qu'en 1995, l'UDC comptait en Suisse romande deux élus aux chambres fédérales, elle en comptabilisait 4 en 1999, puis 10 en 2003. Enfin depuis 2007, elle est représentée par 12 personnalités et elle affiche une présence dans tous les cantons romands ainsi qu'au Jura bernois.

Si la présence au sein des organes exécutifs n'est actuellement possible que dans le canton de Vaud, l'UDC affiche une saine croissance au sein de tous les parlements cantonaux. Au cours de ces dernières années, notre parti a fait une entrée remarquée dans toutes les villes de l'ouest de la Suisse. Aujourd'hui, l'UDC peut compter sur près de 10'000 membres actifs en Suisse romande.

Un développement des structures cantonales adapté à la croissance...

Ces dernières années, force est d'admettre que c'est très souvent poussé par ses électeurs, que l'UDC a pris les mesures nécessaires pour adapter ses structures à sa croissance. Cependant, loin de subir un tel développement, notre parti a pris la mesure de cette situation en renforçant le lien de proximité avec les électeurs par la naissance de 108 nouvelles sections locales qui sont venues renforcer les 12 sections historiques. Aujourd'hui, cette présence dans toutes les villes et grandes localités romandes est source de succès.

Ce sont désormais plus de 1'000 membres, dont une majorité d'élus, qui participent activement aux travaux des parlements de ces villes en portant la politique de l'UDC. Cette visibilité locale permet à notre parti d'être plus proche des attentes des citoyens.
Pour combler la courbe d'expérience, parfois trop courte, de ses nouveaux élus, l'UDC a mis sur pied de très nombreuses formations. La forte participation et l'engagement de nos membres sont aussi la démonstration de la croissance qualitative de nos représentants en Suisse romande.

Une politique qui répond aux attentes de nos électeurs romands...

La politique menée dans les cantons de Genève et Neuchâtel, lors des dernières élections cantonales, a agi comme un électrochoc en vue des différentes échéances électorales 2011. En effet, à force de vouloir se rendre respectables aux yeux d'adversaires politiques de gauche, comme du centre, certains de nos propres élus avaient simplement oublié l'essentiel : apporter les bonnes réponses aux attentes des électeurs qui soutenaient l'UDC. Une clarification de la politique de l'UDC en Suisse romande dès le début de l'année 2010 a forcément conduit à quelques départs au sein de notre parti, mais a ramené toutes les sections cantonales au cœur de la politique, soit :

  • Une position claire contre toute adhésion à l'Union européenne et une ferme volonté de garantir l'indépendance politique de notre pays.
  • Une volonté de renforcer notre politique sécuritaire en rendant l'espace public aux citoyens et en punissant plus sévèrement les criminels.
  • Un engagement volontaire dans la recherche de solutions pour limiter l'immigration en proposant des quotas et des mesures de contrôle.

A ce changement de perception politique, s'ajoute désormais la force extraordinaire d'une présence marquée de notre parti au sein des villes romandes. Véritable courroie de transmission, les sections locales de l'UDC sont un renfort et un lien de proximité absolument nécessaire à la poursuite de la croissance de l'UDC en Suisse romande. Aujourd'hui, l'UDC a la force de mener une politique claire répondant aux attentes de l'ensemble de ses électeurs romands. Il est certain que notre parti dispose des atouts nécessaires dans ses mains pour la poursuite de sa croissance en Suisse romande.

Un état de préparation optimal...

Depuis de longs mois, les cantons romands se préparent pour les élections fédérales. Les états-majors cantonaux ont défini leur stratégie respective et les listes pour la Chambre du Peuple sont complètes. La croissance du parti a également ouvert une place pour des listes jeunes dans les cantons de Genève, Jura, Valais et Vaud. Pour l'élection du Conseil des Etats, notre parti présente des candidats dans tous les cantons à l'exception du canton de Genève dont le système électoral, avec une majorité d'un tiers, pousse notre parti à soutenir un candidat ancré à droite de l'échiquier politique. Les axes stratégiques communs de la campagne de l'UDC en Suisse romande sont en priorité une très forte mobilisation de nos membres et de nos électeurs ainsi que la valorisation du lien de proximité avec ces derniers. A ce titre, l'initiative pour limiter l'immigration est le principal vecteur pour porter la stratégie de notre parti dans les semaines à venir.

Un objectif clair de croissance...

Un programme solide, un positionnement politique fort, des structures de proximité adaptées, une croissance constante du nombre de membres actifs et un engagement de nos élus sur l'ensemble de l'échiquier politique romand, permettent maintenant à l'UDC d'afficher une volonté de poursuivre sa croissance. Les objectifs pour nos sections cantonales portent sur une croissance moyenne de l'électorat romand de  3 à 5 %.

Conscient que sans alliance, le maintien du mandat dans le canton du Jura sera difficile, l'UDC s'attend cependant à la conquête d'un nouveau mandat dans les cantons de Fribourg et du Valais. Par ailleurs, l'élection au Conseil des Etats, avec des candidats très profilés dans les cantons de Fribourg, du Valais et de Vaud pourrait réserver de bonnes surprises pour l'UDC.

Une mobilisation efficace va nous conduire vers le succès...

En conclusion, la grande force de l'UDC réside dans sa faculté de traduire par un vote les intentions des électeurs, soit un taux de concrétisation de la volonté des électeurs largement supérieur aux autres partis politiques. Un tel constat postule immédiatement sur le besoin de mobiliser nos membres, nos sympathisants et nos électeurs. Ce message est parfaitement compris par toutes nos sections qui ont mis sur pied des activités et des manifestations permettant une très forte présence. A cela s'ajoute également la motivation des acteurs UDC de Suisse romande désirant contribuer aux activités nationales de l'UDC Suisse en participant à la signature du Contrat avec le Peuple le 27 août 2011, à la Fête de la famille le 10 septembre 2011 ou à la rencontre des motards le 17 septembre 2011.

Au final, les sections romandes donnent rendez-vous aux électeurs et à leurs membres, le vendredi 19 août 2011, à Château-d'Oex pour le lancement de la campagne en compagnie de l'ensemble des candidats romands.

18/05/2011

L'UDC doit mobiliser ses électeurs pour gagner les élections fédérales 2011

Les élections communales sont passées et l'UDC a connu un franc succès. Notre parti est maintenant engagé dans la campagne en vue des élections fédérales d'octobre 2011. Lors de la campagne à venir les enjeux politiques sont importants. L'UDC entend consolider ses cinq mandats au Conseil national et mener la vie dure à la gauche dans la course au Conseil des Etats.

Mais restons lucides, car l'analyse des résultats des élections fédérales passées montre clairement que malgré sa forte croissance, l'UDC doit s'engager pour garantir une mobilisation très large de ses électeurs. En effet, les apparences sont trompeuses et les résultats positifs cachent un potentiel électoral relativement restreint par rapport aux autres partis gouvernementaux. La croissance de l'UDC, depuis 1995, est le fruit de sa très forte  capacité de traduire par un vote en sa faveur les intentions des électrices et des électeurs de voter pour notre parti.

De quoi parlons-nous ? Si l'évolution de l'UDC est a priori réjouissante, le succès de notre parti est directement lié à sa très grande capacité à mobiliser son électorat. Cette situation se traduit par une évidence, l'UDC doit se rapprocher de ses élus, de ses membres et de ses sympathisants. Le premier parti de Suisse doit pouvoir compter sur l'engagement de tous durant cette année électorale. Il est impératif que toutes les personnes qui soutiennent l'UDC se mobilisent, fassent honneur aux différentes activités et manifestations électorales proposées.

Tout d'abord, les candidats romands de l'UDC attendent les membres et sympathisants dans les Alpes vaudoises, le vendredi 19 août 2011 en fin de journée, pour le lancement de la campagne en Suisse romande. Ensuite, le 27 août 2011 tous les candidats de notre parti signeront le ''Contrat avec le peuple'' au Theater 11 à Zurich.

A Champvent, le 3 septembre 2011 dès 11 heures, ce sera au tour des femmes UDC de lancer leur campagne en Suisse romande. Enfin, tous les membres, les sympathisants et les amis de l'UDC sont attendus le 10 septembre 2011 lors de la journée nationale de l'UDC Suisse sur la Place fédérale à Berne.

Pour les membres qui ont le goût des sorties estivales à moto, la rencontre des motards au cœur de la Suisse Centrale à Oberägeri dans le Canton de Zoug, le samedi 17 septembre 2011 est une opportunité à ne pas manquer.

L'UDC vous propose de nombreuses activités et manifestations en vue des élections fédérales 2011. Venez nombreux, invitez vos amis et connaissances à partager ces instants conviviaux avec les membres et sympathisants de notre parti.

C'est en s'appuyant sur un programme politique pragmatique, qui répond aux attentes de ses membres et en mobilisant ces derniers par de telles manifestations, que l'UDC va obtenir le soutien de plus de 30% des électrices et des électeurs qui se rendront aux urnes le 23 octobre 2011.

 

 

19/04/2011

La route vers les élections fédérales est ouverte pour l'UDC Vaud

Suite aux résultats des dernières élections municipales dans certaines communes vaudoises, la première étape de cette longue période électorale de dix-huit mois, allant de l'automne 2010 au printemps 2012, se termine et pour notre parti l'heure d'un bilan intermédiaire a sonné. Mais tout d'abord, nos félicitations vont aux différentes personnalités de notre parti qui ont obtenu de haute lutte un mandat au sein de la Municipalité de leur commune respective. Après une croissance de 60% dans les différents conseils communaux, nous avons obtenu six élus au sein des exécutifs des principales localités vaudoises. Ce résultat nous permet de maintenir notre position. Ainsi, nous pouvons définitivement dresser un bilan très positif des élections communales vaudoises. Un grand merci aux nombreux acteurs de notre parti qui ont œuvré à ce succès.

Désormais, il s'agit rapidement de faire place aux élections fédérales du 23 octobre 2011. La mission principale qui attend dès aujourd'hui notre parti est encore plus difficile. Il est de notre devoir de tout entreprendre pour garantir une forte croissance du soutien des électrices et des électeurs vaudois. En effet, lors des élections au Conseil national de 2007, nous avons obtenu un cinquième mandat en raison de l'apparentement judicieux avec le PLR. Fort de ce constat, il est dès lors prioritaire de nous tourner vers un objectif plus élevé et rechercher idéalement pour notre parti un sixième mandat au Conseil national !

C'est uniquement en poursuivant cet objectif ambitieux que nous assurerons déjà les cinq mandats dont dispose l'UDC Vaud au sein du parlement fédéral. Aujourd'hui la question n'est pas de savoir si tel ou tel candidat, va représenter notre parti à Berne, mais bien d'obtenir le soutien de 26 à 27% des votants et ainsi obtenir la confiance des vaudois pour envoyer six conseillers nationaux à Berne. Si dans la foulée des élections communales de mars 2011, notre parti arrive à générer une dynamique gagnante, à créer un esprit de groupe positif et à entraîner derrière nos dix-huit candidats au Conseil national et nos deux candidats au Conseil des Etats tout le parti, nul doute que les résultats seront à la hauteur de nos espérances.

En principe, l'UDC Vaud pourra aussi compter sur une liste jeune, avec dix-huit membres,  engagés et compétents, prêts à acquérir de nouvelles connaissances. Cet engagement des jeunes de notre parti dans cette campagne électorale sera à coup sûr synonyme de fraîcheur et d'innovation. Nos jeunes membres auront aussi la possibilité de rendre visible leur qualité en vue de futures candidatures pour les élections au Grand Conseil de mars 2012. Enfin, il est important de faire mention à la candidature de notre Conseiller d'Etat Jean-Claude Mermoud. Ce dernier aux côtés de notre Conseiller national Guy Parmelin, a choisi de se mettre à la disposition de notre parti pour la course au Conseil des Etats. Après avoir beaucoup donné pour l'UDC vaudoise, notre Conseiller d'Etat montre l'exemple et il prend des risques, ouvrant la voie devant notre parti.

Au cours des semaines passées, l'UDC Vaud a connu le temps des discussions internes légitimes visant à positionner les différentes forces qui composent notre parti. Désormais, le temps de l'engagement commun contre nos adversaires politiques est venu. C'est avec une attitude positive et un engagement clair que l'UDC Vaud va obtenir le soutien escompté des électrices et des électeurs vaudois. Le succès est possible si l'engagement de chacune et de chacun est tourné vers l'intérêt général du parti et vers la création de valeur aux yeux de nos électrices et nos électeurs.

A toutes les sections de districts ou membres élus qui ne trouveraient pas la motivation suffisante pour les élections fédérales, il est fort utile de rappeler que la croissance de l'UDC lors des élections cantonales se joue déjà cet automne. Notre parti a toutes les cartes en mains pour gagner son pari, alors travaillons unis et ne gaspillons pas sur l'autel des intérêts personnels perfides la récolte prometteuse des graines que nous avons semées lors des élections communales du 13 mars 2011.