13/04/2015

Communauté musulmane en Suisse - Intégration ou perte de nos valeurs !

 

Installation de carrés musulmans dans nos cimetières, abandon de certaines fêtes chrétiennes, retrait de signes de nos origines chrétiennes dans l’espace public, interdiction de la viande de porc dans les cantines, autant de signes de l’abandon de nos valeurs chrétiennes sous la pression et les revendications de la communauté musulmane, mais où va-t-on s’arrêter ?

 

Cette communauté ne cherche pas à s’intégrer dans notre pays, mais souhaite  imposer des préceptes religieux tirés de l’Islam en lieu et place des règles juridiques et politiques qui font de la Suisse, un pays démocratique et libre.   

 

En Suisse romande, l’UDC s’est mobilisée contre une «politique d’intégration de la communauté musulmane» qui n’en a que le nom. Abandonner certaines de nos valeurs chrétiennes, valoriser l’émergence d’une société à deux vitesses placée sous le signe du communautariste, ne pas exiger le respect de nos règles sociétales notamment sur la position de la femme au sein de notre société et céder devant les revendications d’associations musulmanes qui ne s’engagent pas dans un processus d’intégration sont de fausses pistes empruntées par nos autorités politiques pour mener une démarche d’intégration.

 

Après le soutien en votation populaire des Tessinois à l’interdiction de se couvrir le visage dans des lieux publics, des initiatives - portant sur cette même interdiction - sont en préparation au niveau fédéral et dans le canton de Valais. Ce sont des membres de notre parti qui s’engagent pour que notre pays ne poursuive pas cette politique de soumission devant les revendications d’associations musulmanes qui ne reconnaissent pas pleinement notre statut d’Etat laïc régi par la liberté de croyance et l’égalité entre tous les individus formant notre société.  

 

A Fribourg, une initiative est lancée par l’UDC contre l’ouverture du «Centre Islam et société» à l’Université de Fribourg ainsi que contre la volonté de mettre sur pied une formation étatique des imams, alors que ces dernières décennies ont vu l’Etat se retirer, à juste titre, de très nombreux engagements en faveur de nos églises chrétiennes ! 

 

C’est par une pétition que l’UDC attend des autorités lausannoises qu’elles mettent fin à l’implantation d’un carré musulman dans les lieux de sépulture sur territoire communal et qu’elles gèrent sans différenciation ou distinction les sépultures des différentes confessions religieuses ainsi que celles des non-croyants. La Municipalité lausannoise parle d’un «signe d’intégration tangible» en officialisant quelques jours avant Pâques son projet d’espace confessionnel destiné aux défunts de religion musulmane. Comment peut-on parler d’intégration d’une communauté qui refuse l’inhumation de ses défunts aux côtés de défunts d’autres religions ou de non-croyants ? 

 

29/11/2014

Sous la pression de l’Islam, nous abandonnons nos valeurs !

Le Conseil d’Etat vaudois veut reconnaitre l’Islam comme l'une des religions officielles de notre canton, la jeunesse islamique suisse défile ce samedi 29 novembre à Fribourg et une pétition demande l’appel à la prière par un muezzin à la Mosquée de Lausanne. N’en jetez plus la coupe est pleine…

En l’espace de quelques heures, la Suisse romande vit une transformation radicale dans la prise en compte de l’Islam au sein de notre société judéo-chrétienne. Tout d’abord, il y a cette annonce du Conseil d’Etat Vaudois qui propose de reconnaître au niveau juridique l’Islam au même titre que le catholicisme ou le protestantisme. Ensuite, la jeunesse islamique suisse va manifester dans les rues de Fribourg contre les autorités qui ont refusé une conférence de propagande organisée par Nicolas Blancho du Conseil islamique suisse. Et maintenant pour couronner le tout, la Municipalité de Lausanne est récipiendaire d’une pétition qui demande l’autorisation de l’appel à la prière par la voix d’un muezzin à la Mosquée de Lausanne.

Aujourd’hui, sous le couvert de l’intégration des communautés étrangères qui font de la revendication leur cheval de bataille, nos gouvernants de gauche sont prêts à tous les compromis quitte à mettre en péril notre système démocratique et faire exploser la richesse de nos valeurs judéo-chrétiennes.

Pour l’UDC, ce cirque a assez duré !  Il est temps de remettre de l’ordre en exigeant de toutes personnes résidentes sur notre sol, la reconnaissance de notre Etat de droit et de notre système juridique. Il n’est plus tolérable que des représentants influant de la communauté religieuse musulmane ne reconnaissent toujours pas clairement le statut de la femme au sein de notre société et les lois qui régissent notre société.

Aujourd’hui, nous ne devons plus accepter d’abandonner des valeurs fondamentales qui sont la force de notre pays et de ses habitants sous la pression d’une communauté qui cherche à imposer ses propres règles et son propre système de valeurs.

A la lecture de ces événements, l’UDC exige une fois de plus l’application immédiate de l’initiative contre l’immigration de masse acceptée par le peuple suisse le 9 février dernier. Actuellement notre pays n’est plus en mesure de garantir une intégration suffisante des étrangers sans une véritable politique migratoire restrictive.