18/04/2012

Quand la vérité n'a rien d'existant, il suffit de laisser une place au doute !

Ces derniers jours, tel un métronome parfaitement réglé, une question m'est adressée par les médias ainsi que par certains amis politiques. Aviez-vous fait connaître votre intérêt pour la Vice-présidence de l'UDC Suisse avant le deuxième tour des élections au Conseil d'Etat vaudois ?

Ma réponse, telle une mécanique de précision tout aussi bien huilée, est immuablement la même, pourtant aucun médias ne prend la peine d'en faire mention. Non, l'UDC Suisse ne m'a pas offert un poste de vice-président pour me consoler des résultats de l'élection au Conseil d'Etat. D'ailleurs, avant le mercredi 4 avril 2012, je ne savais pas que l'UDC Suisse entendait désigner deux Romands à la tête du parti. Malgré mon démenti catégorique et répété, certains habiles plumitifs ont laissé entendre que je connaissais les plans de l'UDC Suisse me concernant bien avant la fin des élections cantonales vaudoises. Qu'ils pensent ce qu'ils veulent ! En ce qui me concerne, j'ai appris que l'UDC Suisse entendait nommer deux vice-présidents romands le mercredi 4 avril au matin au Palais fédéral à Berne !

Alors pourquoi ne pas juste dire ce qui est réellement?

Cela n'a rien d'intéressant d'annoncer que Claude-Alain Voiblet accepte de se porter candidat à l'une des Vice-présidences romandes de l'UDC Suisse. Par contre, supputer que ce dernier connaissait cette volonté de son parti, alors qu'il était en campagne avec l'appui du centre et de la droite vaudoise, est plus gratifiant ou ''vendeur'' pour utiliser un terme à la mode !

Prendre une telle position en laissant une large place au doute est aussi synonyme de débats successifs à venir dans les médias ! D'une manière ou d'une autre le principal intéressé devra s'expliquer. Alors, je m'explique car les faits sont parfois têtus !

Tout d'abord, sollicité pour la première fois le 4 avril 2012, j'ai répondu favorablement en acceptant de me présenter pour l'un des deux postes de vice-président réservés aux Romands lors de l'assemblée des délégués de l'UDC Suisse du 5 mai 2012 !

Capable de me forger mes propres opinions politiques, je ne suis pas téléguidé par l'UDC Suisse dans le canton de Vaud. Arrivé en terre vaudoise en 2003, j'ai été engagé tout d'abord par l'UDC Vaud le 1er juillet 2004 et j'ai travaillé pour l'UDC Suisse dès le 1er décembre 2006. Les faits inverses n'ont pas de fondement !

C'est sur la base de mes connaissances, soit la prise en charge des élections fédérales de 2007, puis de celles de 2011, ainsi que mon engagement au développement des nouvelles sections urbaines, à quoi s'ajoutent les très nombreuses formations que j'ai dispensées en Suisse romande, que l'UDC Suisse a souhaité m'associer à la direction du parti !

Aujourd'hui, je suis très reconnaissant aux Vaudoises et aux Vaudois qui m'ont élu au parlement de la Ville de Lausanne en 2006 et qui n'ont pas hésité à me réélire en 2011. Tout comme je suis redevable à celles et ceux qui m'ont porté au Grand Conseil en 2011, me renouvelant leur confiance le 11 mars 2012. J'éprouve une grande joie et un réel plaisir dans l'accomplissement de mes deux mandats politiques et j'espère pleinement répondre aux attentes des électrices et des électeurs lors de mois à venir...

Alors au final, que mes adversaires politiques et certains journalistes à la recherche de scoops se rassurent, aujourd'hui je suis propriétaire de mon appartement au cœur de la Ville de Lausanne et je compte bien poursuivre, au sein de l'UDC, durant de nombreuses années mon engagement politique dans le canton de Vaud.

 

08/03/2011

Le chiffre du jour : 60'000 francs pour l'UDC !

A la recherche d'idées dans la campagne pour les communales, les socialistes demandent aux autres partis politiques de dévoiler leurs comptes. C'est désormais chose faite pour l'UDC qui ne peut engager que 60'000 francs, soit le tiers du budget de campagne des braves socialistes lausannois. Les chiffres sont désormais connus, alors que faire de la demande creuse du parti socialiste ?

En effet, un article d'une demi-page, publié dans la presse du jour, nous parle des comptes du parti socialiste lausannois et les deux juvéniles à la tête des ce parti annoncent à la presse un prochain courrier, qu'ils vont faire parvenir aux autres partis politiques lausannois, pour que ces derniers rendent publics leurs comptes de la campagne pour les élections communales. Nos deux socialistes guillerets n'ont toutefois pas encore fait parvenir ce fameux courrier aux autres partis politiques. Il serait probablement regrettable que ces partis donnent lecture de leurs comptes avant les élections communales et obtiennent ainsi une visibilité aussi grande que le parti socialiste pour une affaire qui se dégonfle. A y regarder de plus près, il ne s'agit donc pas d'une action de la gauche pour une politique plus éthique, mais bien d'une démarche de marketing politique pour attirer l'attention des journalistes. Selon nos adversaires ''Les moutons votent UDC'' ; fort bien, mais les pigeons ne voteraient-ils pas socialistes ?

Je ne pense pas qu'un valeureux journaliste va annoncer, sur toute une page, le budget de la section lausannoise de l'UDC pour les élections communales, ce dernier n'étant que le tiers de celui des socialistes. Mais l'intérêt de la gauche et de certains médias pourrait s'aiguiser si l'on met sur la table la source de l'argent engagé par l'UDC à Lausanne. Hélas, trois fois hélas, il n'y a pas d'argent provenant d'un quelconque mécène zurichois ! Simplement de l'argent provenant d'élus et de membres cotisants, toujours plus nombreux au sein de la section lausannoise de l'UDC, qui s'opposent à une gauche menant une politique qui n'est pas la leur, avec l'argent de leurs impôts.

Conclusion : circulez il n'y a rien à voir, rien à dire et rien à écrire. Bravo aux socialistes pour cette page de publicité obtenue sans débourser un franc à cinq jours des votations communales du 13 mars 2011.