06/10/2010

Grand débat de la gauche sur l'initiative pour le renvoi des étrangers criminels ou soirée de remise des Oscars ?

A la lecture d'un tract de la gauche appelant entre autres à des manifestations à Lausanne, Fribourg et Genève, j'ai dû me pincer pour y croire; un débat contradictoire est organisé en évitant sciemment d'inviter un contradicteur. C'est sous le titre alléchant de ''débat contradictoire'' que le Mouvement de lutte contre le racisme invite la population à débattre de l'initiative de l'UDC contre le renvoi des étrangers criminels à la Salle des cantons à Lausanne. Ce mouvement, qui n'est autre que le prolongement de la mouvance politique de la gauche vaudoise, propose lors de son débat contradictoire de ne parler que du contre-projet en faisant la part belle aux orateurs coalisés contre l'initiative de l'UDC. C'est beau le débat démocratique à la sauce de la gauche vaudoise !

Ainsi Madame Ménétrey et Messieurs Darbellay, Dolivo et Leuba, tous opposés à l'initiative de l'UDC pour le renvoi des criminels étrangers, auront vraiment à cœur de mener ce débat en l'absence de représentants de l'initiative sur le renvoi des criminels étrangers. Que vont donc bien pouvoir se chuchoter à l'oreille ces brillants orateurs dans un débat où le cœur du problème n'est pas abordé ? Cette soirée prétexte sera probablement l'occasion pour la gauche de remettre l'Oscar du meilleur mécène à Monsieur Philippe Leuba, conseiller d'Etat, pour son rôle dans le financement du clip vidéo du groupe de Rap MXX qui appelle à la violence contre l'UDC et ses membres.  Les dignitaires de gauche pourront également remercier chaleureusement l'équipe de Monsieur Christophe Darbellay en lui attribuant l'Oscar du meilleur réalisateur dans le film de la remise des clefs du Département de la justice à Mme Sommaruga. Alors qu'un Oscar pour l'ensemble de sa carrière sera remis à Mme Ménétrey, il reste l'attribution de l'Oscar du meilleur acteur du débat anti-UDC, à Me Michel Dolivo, pour son rôle d'avocat de la défense des criminels étrangers dont l'UDC demande le renvoi par son initiative.

La morale de cette histoire est qu'il manque un nominé pour ce débat contradictoire, c'est Oskar Freysinger ! Oui, mais je me souviens lors d'un récent débat sur les minarets, devant les troupes de Me Dolivo et un parterre de gauchistes, que la salle avait réservé un tonnerre d'applaudissements à notre Oskar. Ce soir-là, l'avocat-député Me Dovilo n'avait pas la mine d'un nominé.

C'est bien connu, le chat échaudé craint même l'eau froide. En évitant d'inviter un représentant des défenseurs de l'initiative sur le renvoi, les organisateurs de gauche ne souhaitent pas que quelques moutons égarés rejoignent l'UDC dans leur volonté de renvoyer les étrangers criminels. Reste toutefois le secret de l'isoloir, sur ce coup-là la gauche ne pourra pas placer un observateur derrière chacun de ses membres et sympathisants.

 

21/09/2010

La campagne de trop de l'Etat de Vaud contre l'UDC !

Le bureau vaudois pour l'intégration des étrangers et la prévention du racisme finance avec l'argent du contribuable une vidéo contre l'UDC. Cela n'est pas une farce, mais une réalité.

Ce clip vidéo s'appelle "Lettre à Guillaume Tell" et dans la vidéo les membres de l'UDC sont assimilés aux nazis, ce sont des incultes "incapables d'aligner abc". Et tout cela avec vos impôts chers contribuables !

Sur ce coup là, même si l'on ne pourra pas sortir de la tête de certains gauchistes qu'un UDC est aussi à même de comprendre une autre forme de culture que celle de la patate, les services de l'Etat de Vaud sont largement sortis du sillon du respect minimum que l'on est en droit d'attendre d'une administration publique envers un parti gouvernemental.

Ce clip vidéo destiné à sensibiliser les jeunes sur le problème du racisme, sur l'intolérance et sur l'intégration est une provocation violente et gratuite d'un fonctionnaire aigri, contre le plus grand parti de Suisse.

http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/19712931

Un tel mépris, d'abord de l'argent public, ensuite des représentants d'un parti qui a le soutien d'un Vaudois sur quatre est inacceptable. Que fait le Conseil d'Etat ?

Désormais nous savons que le Bureau de l'intégration vaudois est à la solde des partis d'extrême et de centre gauche. Aujourd'hui, sous le couvert d'un élan humaniste déguisé, ce bureau est au service d'une cause politique dont la principale vision est de faire obstacle à l'UDC. Mais, je vous rappelle cependant que ce sont vos impôts qui ont financé ce clip qui n'est qu'un appel à la haine contre l'UDC.

Mais devant le manque de résultats dans l'intégration des migrants en terre vaudoise, il est préférable que le bureau de l'intégration joue les mécènes pour un groupe de rappeurs, cette occupation occasionnera probablement moins de dégâts pour notre collectivité.

Lorsqu'on a la responsabilité d'un bureau de l'égalité et que l'on soutient de telles démarches, il ne reste probablement qu'une chose à faire, c'est changer de métier.

 

15/03/2010

L’industrie du social est florissante…

C’est à coup de conférences de presse que les autorités exécutives lausannoises mettent en lumière une politique qu’ils qualifient de sociale et d’humaniste. Après l’effet d’annonce des places d’apprentissage aux sans-papiers, voici venu le temps de l’école contre le racisme.

 

Mettons immédiatement les choses en place : être de gauche n’est pas un vaccin contre tout comportement raciste et pour ma part mon étiquette UDC ne me pousse pas à exprimer du racisme.

Oui je sais qu’à l’échelle de mesure des comportements racistes de la gauche, je représente probablement le ‘’raciste type’’. Je vous rassure je n’ai absolument pas cette perception de moi-même.

 

Une école contre le racisme ! Voici donc le nouveau jouet de la gauche lausannoise. La Ville entend mettre l’accent sur la pédagogie et elle propose à ses collaborateurs diverses formations pour lutter contre le racisme ambiant !

 

Le succès est au rendez-vous. Ce sont plus de 400 collaborateurs de notre ville qui vont suivre les cours proposés. Ce succès évident est présenté comme un totem par les responsables du Bureau de l’intégration. A cependant regarder ce dossier de plus près, quelques questions me viennent immédiatement à l’esprit. Tout d’abord, avec une telle offre de formation, la Ville répond-elle à une demande avérée ? Le racisme est-il présent à chaque coin de rue dans notre ville pour nécessiter la formation de plus de 400 personnes ? Les collaborateurs de la Ville se seraient-ils empressés de suivre cette formation s’ils devaient, comme bon nombre d’autres cadres professionnels, prendre ces cours sur leur temps libre et sans percevoir une rémunération ?

 

A la lecture des différents articles de presse, ventant les mérites du Bureau de l’intégration, je n’ai trouvé aucun mot, aucun argument, aucune remarque faisant la preuve d’un tel besoin de former plus de 400 collaborateurs contre le racisme !

 

Avec une telle gouvernance de gauche, l’industrie du social a encore de très beaux jours devant elle. Les contribuables n’ont pas besoin de se faire de souci, ce n’est pas demain que leurs impôts vont diminuer !