13/12/2010

Saine gestion des deniers publics, à la Municipalité de donner l'exemple !

Le Conseil communal lausannois vient de terminer un fastidieux débat pour remettre au goût du jour le règlement de la Municipalité. C'est sur la base d'une motion socialiste que la Municipalité a dû réviser son règlement. Astucieusement, la Municipalité, qui peut pourtant s'appuyer sur une très forte majorité en sa faveur au sein du Conseil communal, a utilisé des freins pour éviter un débat sur les points sensibles des règles de fonctionnement de la Municipalité. Au final ce règlement a fait l'objet d'une révision partielle, sous la forme d'une démarche qui s'est apparentée à une révision totale.  A ce jeu de dupes, la Municipalité a eu tout loisir de débattre des éléments dont elle souhaitait une adaptation, alors que le Conseil communal n'a pas pu s'exprimer sans passer par la censure de la Municipalité, aidée en cela par une gauche à son service.

Le débat n'est cependant pas encore clôt et l'ouverture d'une nouvelle discussion sur les points que le Conseil communal n'a pu aborder suite à l'application orientée du règlement du Conseil communal est désormais à l'ordre du jour. Il s'agit en priorité de reprendre le débat sur l'activité des municipaux, la charge effective de leur travail et les indemnités qu'ils perçoivent !

 

La charge de travail et surtout le taux d'engagement des élus au sein des différentes villes de Suisse romande et du canton de Berne montrent clairement que la gestion d'une ville ne nécessite pas forcément la présence de plus de cinq personnes au sein de l'exécutif. A noter par exemple que les villes de Bienne, Berne, Delémont, Fribourg, Genève ou Neuchâtel ne comptent que sur l'engagement de cinq élus au sein de leur exécutif.

A Lausanne, nous constatons parmi les élus actuels, que deux accordent du temps professionnel à une occupation au Conseil national alors qu'un troisième est engagé chaque mardi sur les bancs du Grand Conseil. Pour ce qui est des autres élus, il n'est pas rare d'entendre des fonctionnaires de la Ville évoquer la mise en pratique personnelle de la semaine de 40 heures par certains de nos Municipaux.

D'autres discussions persistantes accordent à l'un ou l'autre de nos Municipaux une très grande liberté d'engagement en faveur de leur parti en marge de l'accomplissement de leur mandat en faveur de la Ville de Lausanne.

Qu'en est-il réellement ? Les citoyens méritent une réponse claire à cette interrogation !