27/05/2014

Recapitalisation de la Caisse de pension de la Ville de Lausanne, qui du contribuable ou de l’utilisateur des TL et du LEB va passer à la caisse !

Cette réalité financière du contribuable vache à lait, les institutions étatiques vaudoises semblent l’oublier à chaque recapitalisation de la CPCL «Caisse de pension du personnel de la Ville de Lausanne».

Aujourd’hui, les collaborateurs des Transports publics lausannois et du LEB sont affiliés à la Caisse de pension de la Ville de Lausanne. A plusieurs reprises ces dernières années, cette caisse a fait l’objet d’un assainissement partiel et l’Etat de Vaud qui participe au financement des services de transport précités est directement impacté pour les mesures prises.

Si les collaborateurs des TL et du LEB sont directement concernés comme affiliés et cotisants à cette caisse, il en est malheureusement de même pour les utilisateurs et les contribuables vaudois. Loin de moi l’idée de remettre en cause les prestations des assurés, toutefois il est important d’évoquer une nouvelle fois la responsabilité des gestionnaires de cette caisse publique qui affiche le taux de couverture le plus bas du pays.

En 2009, le Conseil d’Etat avait décidé, je cite : ‘’dès 2009 et à l’avenir aucune provision supplémentaire prélevée sur la subvention cantonale ne pourra être constituée par les deux entreprises pour assainir leur caisse’’.

Cependant en 2012, la Ville de Lausanne a procédé au troisième assainissement de sa caisse de pension qui a pour conséquence une nouvelle contribution pour la Ville de Lausanne, mais aussi des participations directes de 32 millions de francs pour les TL et de 1,75 millions de francs pour le LEB. Selon le Conseil d’Etat et les autorités communales lausannoises, les contribuables et les utilisateurs seront épargnés ! Vraiment…

Une hausse de 35 millions de francs de l’endettement, tant des TL que du LEB, a été nécessaire pour permettre les versements des participations de ces deux employeurs dans l’assainissement de la Caisse de pension de la Ville de Lausanne.

Cette recapitalisation entrainera donc une augmentation des charges des intérêts sur les dettes ainsi qu’un amortissement sur plusieurs dizaines d’années. Ce sont des charges qui pèseront sur les comptes annuels de ces deux institutions de transport public.

Certes, nous ne verrons pas une augmentation directe immédiate à très court terme du prix des billets pour les TL et le LEB, mais ces emprunts de 35 millions de francs nécessaires à  recapitaliser la CPCL vont péjorer les bilans financiers de ces deux institutions de transport par des charges supplémentaires.

Au final et malgré les belles paroles des autorités cantonales et communales, si les utilisateurs ne verront pas une augmentation immédiate du billet, cette péjoration des bilans financiers de ces deux institutions sera pris en compte dans l’augmentation des billets des usagers des transports publics dans les années à venir !

http://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/organisation/gc/fichiers_pdf/2012-2017/12_INT_005_Texte_CE_01.pdf