10/04/2013

La vignette à 100 francs n’est rien d’autre qu’une nouvelle taxe !

Lors de la session de mars 2013, le Conseil national a renoncé à un prix bas pour la vignette autoroutière sous prétexte que l’argent ainsi pris dans la poche de l’automobiliste servirait à financer de nouveaux tronçons routiers.

Durant leurs débats aux chambres fédérales, nos élus ont évoqué la nécessité de construire ou d’entretenir quelques 400 kilomètres de routes supplémentaires qui seront introduites, ces prochaines années, dans le réseau routier national !

A la découverte de ces chiffres, nous pourrions nous satisfaire de ce mode de financement qui apporterait une amélioration directe au réseau routier de notre pays. Mais à y regarder de plus près, la situation est hélas bien différente !

Différente parce que chaque année l’Etat perçoit auprès des utilisateurs de la route des impôts, des taxes et des redevances à hauteur de 9.5 milliards de francs. Je ne rajoute pas à ce montant, les amendes perçues sur le dos des automobilistes qui vont directement nourrir les caisses de l’Etat et celles de nos communes.

La question fondamentale est de savoir pourquoi les encaissements perçus auprès des automobilistes sont aujourd’hui très insuffisants pour financer les frais et les investissements des transports privés individuels ?

La réponse se trouve dans l’affectation des impôts et redevances perçues auprès de tous les utilisateurs du trafic routier. En effet plus de 70% de cette masse d’argent est directement affectée à d’autres buts, en l’occurrence au financement des transports publics, qu’à celui de l’amélioration du réseau routier.

Il est important de relever sans ambages que la circulation individuelle privée se finance largement, elle couvre les frais induits par le trafic automobile privé en laissant même apparaître un important excédent.

Aujourd’hui, ceux qui évoquent le manque de financement des infrastructures routières pour justifier une augmentation de 150% de la vignette ne sont pas corrects. Ils oublient tout simplement de dire que les impôts et les taxes induits par la circulation routière passent habilement de la poche de l’automobiliste vers les caisses de l’Etat.

www.referendum-autobahnvignette.ch

Sans une vrai justification de l’autofinancement de nos infrastructures routières, une augmentation de 150% d’ici 2015 de la vignette autoroutière n’est pas acceptable. Il est donc important que le peuple suisse se prononce sur une telle volonté de la majorité de nos élus fédéraux de se servir auprès des automobilistes perçu comme une vache à lait docile !

Non à l’augmentation des frais pour les PME !

Pour les entreprises disposant d’un grand parc de véhicules, une augmentation de la vignette autoroutière de 150% aurait des conséquences importantes sur les charges de ces dernières. Les entreprises de services externes, les professions libérales ou de services dépendants de la voiture payeraient à l’avenir des charges supplémentaires qui seraient immédiatement reportées sur tous les consommateurs avec à la clé une perte de pouvoir d’achat.

Tous ceux qui possèdent plusieurs voitures avec des plaques interchangeables ou plusieurs véhicules, soit une voiture, un motocycle, une remorque, seront facturés démesurément. Cette arnaque sur le dos de la circulation individuelle privée est injuste.

Non à la préférence pour les étrangères et les étrangers

Avec la nouvelle réglementation concoctée par nos élus, les étrangères et les étrangers de passage en Suisse, devront payer seulement 40 francs une vignette valable deux mois, pendant que les Suissesses et les Suisses, n’utilisant pas souvent l’autoroute à l’exemple des motards ou des propriétaires de remorques, seront tenus d’acheter la vignette au prix fort de 100 francs.

Notre parti se bat pour la responsabilité individuelle et la liberté de commerce, il doit s’opposer à l’augmentation de la vignette autoroutière à 100 francs. Signez et faites signer la feuille ce référendum !