19/05/2014

Sur les ondes de la RTS : Parler schwitzertüsch à l’école est un acte xénophobe !

Décidemment les médias romands deviennent hystériques et ils sont dans l’impossibilité de garder la tête froide devant toute décision qui pourrait s’apparenter, de près ou de loin, à un acte politique relevant du programme de l’UDC, cela d’autant plus si cette décision est en lien direct avec une volonté farouche de défendre l’indépendance de notre pays. Il en va hélas ainsi depuis de très nombreuses années.

La palme de cette réaction épidermique anti UDC revient cette fois-ci à la Radio suisse romande qui en ce lendemain de votations définit de xénophobe le vote d’un canton alémanique dont la majorité des électeurs a choisi l’enseignement en Suisse allemand au jardin d’enfants plutôt qu’en bon allemand.

C’est un vote xénophobe, s’est écrié le journaliste de la Première !

Permettez-moi, même si je préfère entendre parler le bon allemand lorsque je participe à une manifestation ou une séance en Suisse alémanique, d’exprimer mon étonnement devant pareil raccourci. En effet, comment peut-on reprocher à une majorité d’électeurs ce choix de préférer l’éducation et l’enseignement au jardin d’enfants dans la langue maternelle de leurs enfants ?

Bien sûr que nous autres romands souhaitons que les alémaniques parlent le bon allemand, mais on ne peut exiger d’eux qu’ils changent leur culture, abandonnent leur patrimoine hérité des générations passées et qu’ils perdent ainsi leurs racines, donc qu’ils parlent une autre langue !

J’en conviens, renforcer la pratique du dialecte équivaut à ralentir le processus d’’ouverture de la Suisse vers l’étranger. Et encore ! Demande-t-on aux Européens d’abandonner leur langue pour mieux s’intégrer à l’UE ? Par ailleurs, il sera difficile pour des personnes parlant le bon allemand d’enseigner à l’école maternelle dans des régions qui souhaitent favoriser le suisse allemand.

Pour autant, mesdames et messieurs les journalistes romands, cela n’a rien d’un vote xénophobe ou de repli ! Le peuple, en demandant l’enseignement du suisse allemand dans certains cycles de formation, veut simplement permettre aux élèves de suivre un enseignement dans la langue qu’ils utilisent au sein de la sphère familiale.

Quoi de plus normal ? Est-ce qu’on demande aux petits Romands d’oublier leur langue maternelle dès leur entrée au jardin d’enfants.

Vous autres faiseurs d’opinions, pourquoi ne pas accepter que le peuple ne s’embarrasse pas de vos futilités dogmatiques ? Le peuple est pragmatique et il vote précisément avec le bon sens qui vous fait parfois défaut…